Manifestation à Abuja contre l'enlèvement de lycéennes par Boko Haram
Manifestation à Abuja contre l'enlèvement de lycéennes par Boko Haram © REUTERS/Afolabi Sotunde

Le président nigérian Goodluck Jonathan a a remercié les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Chine de l'aide proposée pour retrouver les jeunes filles enlevées le 14 avril par les islamistes de Boko Haram.

Le président américain Barack Obama avait annoncé l'envoi de forces de sécurité américaines pour aider le Nigeria à retrouver les lycéennes. Son épouse Michelle Obama a elle-même manifesté mercredi sa solidarité sur Twitter: "Nous prions pour les Nigérianes disparues et leurs familles. Rendez-nous nos filles".

François Hollande a assuré que la France "fera tout pour aider le Nigeria"

Le Président a précise jeudi matin que la France mettait à disposition du Nigéria ses moyens de renseignement et sa connaissance du terrain pour aider à retrouver les jeunes filles.

François Hollande

Le Royaume-Uni a annoncé l'envoi d'une équipe de conseillers gouvernementaux "dans les meilleurs délais"..

Que peuvent apporter les Etats-Unis la Grande Bretagne ou la France aà cette recherche ? La réponse d'Eric Dénécé, directeur du centre Français de Recherche sur le Renseignement avec Franck Cognard

L'insurrection menée depuis 2009 par Boko Haram a fait des milliers de morts (plus de 1.500 depuis début 2014) au Nigeria, pays le plus peuplé et première économie d'Afrique. Les violences se concentrent dans le nord-est, où l'armée mène une vaste opération depuis un an contre les insurgés.

Boko Haram a de nouveau enlevé la semaine dernière des jeunes filles âgées de douze à quinze ans, quatre semaines après le rapt de plus de 200 lycéennes à Chibok. Le chef du mouvement islamiste, Abubakar Shekau, a annoncé lundi que les jeunes filles capturées le 14 avril seraient vendues comme esclaves. La secte islamiste a également revendiqué l'attentat qui a fait 75 morts ce même 14 avril dans la banlieue d'Abuja, la capitale fédérale, où s'est ouvert mercredi sous haute sécurité le Forum économique africain.

Boko Haram, dont le nom fustige "l'impureté de l'éducation occidentale", a pris les armes en 2009 pour réclamer la création d'un Etat islamique dans le nord-est du pays.

Mardi, Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, avait appelé Boko Haram à relâcher les jeunes filles captives, soulignant que les traiter ainsi était "totalement contraire aux enseignements de l'islam".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.