[scald=105913:sdl_editor_representation]NATIONS UNIES (Reuters) - La France soumettra ce lundi au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de déclaration soutenant les efforts de l'émissaire Kofi Annan pour obtenir un arrêt des violences en Syrie, indiquent des diplomates.

Cette décision fait suite au veto opposé à deux reprises par Moscou et Pékin à des résolutions d'inspiration occidentale et arabe condamnant la répression des manifestations d'opposition au président Bachar al Assad, qui a fait plus de 8.000 morts en un an selon l'Onu.

"L'objectif principal est de trouver un terrain d'entente, de soutenir les efforts d'Annan et d'envoyer un message clair à Assad", a déclaré un diplomate à Reuters.

La France compte présenter son texte aux pays membres du Conseil à l'issue d'une séance à huis clos consacrée à d'autres dossiers.

Kofi Annan, qui a rencontré Bachar al Assad il y a huit jours à Damas, a exhorté vendredi le Conseil de sécurité à le soutenir dans ses efforts pour un arrêt des violences, qui placent aujourd'hui la Syrie au bord de la guerre civile.

De ses bureaux de Genève, l'ancien secrétaire général de l'Onu a expliqué par vidéoconférence que plus le soutien affiché par le Conseil serait clair, plus ses chances seraient grandes d'obtenir une trêve.

Contrairement aux résolutions, légalement contraignantes à condition d'avoir été approuvées à une majorité de neuf membres sur 15, sans veto des cinq membres permanents, les déclarations du Conseil sont généralement non contraignantes mais nécessitent un soutien unanime.

Le projet de déclaration français est soutenu par le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne et le Portugal. Il est distinct d'un projet de résolution parrainé par les Américains appelant la Syrie à autoriser un accès aux travailleurs humanitaires sur son territoire.

On ignore encore quand le texte de la France sera mis aux voix. La dernière déclaration du Conseil de sécurité sur la Syrie remonte à août 2011.

Louis Charbonneau, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.