l'intervention de la france en centrafrique sera plus longue que prévu
l'intervention de la france en centrafrique sera plus longue que prévu © reuters
**Les députés puis les sénateurs ont largement donné leur accord en fin de journée pour prolonger l'opération française en Centrafrique. La présidente par intérim s'est réjouie "que la France vole au secours de la Centrafrique".** Les députés français ont donné massivement leur accord, par 428 voix pour et 14 contre, à la prolongation de l'intervention militaire française Sangaris en Centrafrique, qui a débuté le 5 décembre dernier. Même vote massif au Sénat : 328 voix pour, trois contre et 15 abstentions. **Cyril Graziani a suivi les débats à l'Assemblée nationale**
Les élus socialistes et leurs alliés écologistes se sont mis d'accord sur la question, et même à droite, la question ne suscite pas d'opposition massive. **Mais pour beaucoup de parlementaires, Marion Lagardère, ça n'empêche pas de se questionner.**
Du côté des opposants, Hervé Morin a annoncé qu'il voterait "pour". Les communistes se décideront dans la journée en réunion de groupe. Même chose à l'UMP, où les députés sont encore plus sceptiques. **Pour le député UMP de l'Eure Bruno Le Maire, invité du journal de 13h de Claire Servajean, "les conditions de succès de l'opération ne sont pas remplies".**
Bruno Le Maire signe d'ailleurs ce mardi dans Le Monde une tribune intitulée ["Ne prolongeons pas l'engagement de l'armée française en Centrafrique"](http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/02/25/bruno-le-maire-ne-prolongeons-pas-l-operation-de-la-france-en-centrafrique_4372740_3232.html). Le parlementaire plaide pour "un changement de stratégie". ### Situation complexe Car si François Hollande avait promis une opération "rapide", on se rend compte que tout est plus compliqué que prévu. L'armée française est arrivée le 5 décembre à Bangui. Elle est en train de passer de 1.600 à 2.000 soldats sur place, avec des renforts venus de France et des bases françaises en Afrique. Les forces de l'Union Africaine comptent désormais 6.000 hommes. **Mais dans son déroulement, l'opération reste compliquée et éreintante pour les troupes sur place. Les explications de Simon Tivolle.**
Trois soldats français ont été tués depuis le début de l'opération Sangaris : deux par balle, un autre, ce dimanche, dans un accident de la route lors d'une mission de reconnaissance.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.