Selon les données de Météo France (qui remontent jusqu'en 1900), la température a été supérieure à la normale de près de 2°C : on n'avait pas vu ça depuis le record absolu de 2003 (+3,2°C). Le pays n'a connu que quelques périodes de rafraîchissement ponctuelles, mais le mercure est resté très haut presque constamment.

Même dans le nord-ouest de la France, certains cours d'eau se sont asséchés (ici à Louplande le 22 août 2018)
Même dans le nord-ouest de la France, certains cours d'eau se sont asséchés (ici à Louplande le 22 août 2018) © AFP / Jean-François Monier

De mémoire de météorologiste, on n'avait vu ça qu'une seule fois jusqu'ici : et la mémoire de Météo France remonte très loin, jusqu'au début du siècle précédent. En observant les écarts chaque année avec la température moyenne de l'été, ils ont constaté que 2018 était à deux doigts d'être l'été le plus chaud jamais connu : 2°C de plus que la moyenne. Seul 2003, l'année de la canicule meurtrière, avait fait pire, avec un écart de 3,2°C.

C'est surtout dans la moitié nord de la France qu'on s'est le plus rapproché des records, avec seulement quelques dixièmes de degrés d'écart. Par exemple, à Paris, on a relevé plus de 30°C pendant 26 jours pendant tout l'été : en 2003, ça n'avait été le cas que pendant 21 jours. À Lille-Lesquin, c'était le cas pendant 15 jours cet été, 11 jours en 2003.

En parallèle, Météo France a aussi noté il y a quelques jours... de premières gelées précoces. Et certains records de froid (pour un mois d'août) ont été battus localement le 26 août. Il n'y a plus de saisons.

Un phénomène bien plus large

La France subit le même sort que de nombreux pays du monde, notamment en Europe. Au Portugal, on a enregistré au mois d'août des pics de température à 50°C. En Grèce ou en Suède, la sécheresse a favorisé des incendies de forêt massifs, parfois avec des conséquences humaines dramatiques. Fin juillet, le nombre d'incendies dans l'ensemble de l'Union européenne ont même atteint 450 (40 % de plus en un an).

Sans parler des conséquences parfois surprenantes, comme la recrudescence... de rennes dans les tunnels routiers norvégiens, désespérément en quête d'un abri.

Plusieurs villes ont également établi leur record absolu de chaleur cet été en Europe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.