Les électeurs de Géorgie, État traditionnellement républicain, ont attribué les deux sièges de sénateurs vacants aux deux candidats démocrates. Cette double victoire permet à Joe Biden de contrôler à la fois le Sénat et la Chambre des représentants. Une victoire entachée par les incidents à Washington.

États-Unis : Jon Ossoff et Raphael Warnock sont les deux nouveaux sénateurs démocrates de Géorgie
États-Unis : Jon Ossoff et Raphael Warnock sont les deux nouveaux sénateurs démocrates de Géorgie © AFP / Elijah Nouvelage, Jim Watson

Ce sont deux victoires historiques. 

L'élection du Révérend Raphael Warnock au poste de Sénateur de Géorgie face à la républicaine Kelly Loeffler a été annoncée dès mercredi matin (tôt dans la nuit de mardi à mercredi aux États-Unis). Le Révérend Raphael Warnock devient ainsi le premier noir à obtenir un poste de sénateur dans cet État du sud habituellement conservateur.

"On nous disait que nous ne pouvions pas gagner cette élection. Mais ce soir, nous avons prouvé qu'avec de l'espoir, un travail acharné et des gens à nos côtés, tout est possible", a déclaré Raphael Warnock, pasteur baptiste dans un message vidéo.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Puis le candidat démocrate de l'autre circonscription de Géorgie, Jon Ossoff, a annoncé lui même sa victoire vers 8h du matin mercredi (14h heure de Paris) face au sortant David Perdue. Une victoire confirmée à 22h heure de Paris. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Là aussi, il s'agissait d'un outsider, un candidat de 33 ans, qui faisait face à un politicien au profil plus traditionnel de 71 ans. Jon Ossoff devient le plus jeune sénateur américain.

Courte avance au Sénat pour Joe Biden

Ces deux postes de sénateurs permettent à Joe Biden de prendre le contrôle du Sénat, la chambre haute du Congrès des États-Unis. Le Président élu Joe Biden pourra donc agir plus facilement et faire adopter ses projets de réformes, son plan de relance de l'économie et son plan d'aide pour faire face à l'épidémie de Covid-19.

Avec cette élection en Géorgie, le Sénat est divisé en deux camps égaux de 50 sénateurs (à raison de 2 sénateurs par État). Mais la loi américaine veut que le vice-président ou la vice-présidente préside le Sénat. En cas d'égalité en nombre de Sénateurs, c'est la voix du vice-président qui fait la différence. Kamala Harris va porter sa voix au parti démocrate qui deviendra donc majoritaire. 

La parti démocrate qui contrôle déjà la Chambre des représentants, contrôle donc désormais le Sénat et le gouvernement.  

Les républicains ne vont pas pouvoir entraver l'action de Joe Biden ou faire obstacle à ses choix pour certains postes au sein de l'administration ou du système judiciaire. 

Longues files d'attente et participation record  

Traditionnel bastion républicain, la Géorgie a déjà surpris le 3 novembre dernier en donnant une courte majorité d'environ 12 000 voix à Joe Biden sur Donald Trump. En raison de l'enjeu au niveau national, la mobilisation a été forte dans les deux camps, avec une participation record estimée à 4,5 millions d'électeurs. Mais plusieurs médias ont noté une moindre participation dans les bastions républicains, y compris pour le vote par anticipation ou le vote par correspondance. La Géorgie a battu tous ses records de participation pour une sénatoriale. 

Donald Trump, le grand perdant

Bien entendu, tous les yeux étaient rivés sur Donald Trump, qui a accumulé ces dernières semaines les erreurs stratégiques. Il n'a eu de cesse de contester l'élection présidentielle, malgré les multiples recomptages et le rejet de ses recours judiciaires. Puis il a appelé le Secrétaire d'État de Géorgie, un républicain, pour faire pression sur lui et lui demander de "trouver" 11 780 voix pour lui dans les bulletins de vote de la présidentielle. Le secrétaire d'État a refusé, en lui expliquant à de multiples reprises lors de l'entretien que tous les recomptages avaient mené à la même conclusion : Joe Biden avait remporté la majorité à la présidentielle dans l'État.

Il a ensuite tenu un discours sans queue ni tête à Dalton en Géorgie lundi soir, soi-disant pour soutenir les deux candidats républicains aux sénatoriales partielles de mardi. Mais il n'a parlé que de lui, accusant de tous les maux les médias, la Cour Suprême, les élus républicains de l'État et les réseaux sociaux de s'être ligués contre lui. Il a bien entendu répété à de multiples reprises : "J'ai gagné de beaucoup !" ajoutant "Ils ne prendront pas la Maison Blanche !"

Donald Trump, qui dénonce des fraudes sans fournir de preuves, a chauffé à blanc les manifestants réunis mercredi lors d'une manifestation près de la Maison blanche, pour contester la certification par le Congrès de la victoire de Joe Biden. Ce manifestants ont alors fait irruption au Capitole , forçant l'arrêt de la session parlementaire devant certifier officiellement la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Le Président Elu a lancé un appel au calme et a enjoint Donal Trump a lancer un appel au calme. Ce dernier a finalement appelé ses partisans à "rentrer chez eux" tout en répétant que l'élection leur avait été volée.