L'agence Moody's relève la note de la Grèce
L'agence Moody's relève la note de la Grèce © REUTERS/Thomas Peter / REUTERS/Thomas Peter

Athènes prend à partir du 1er janvier la présidence de l'Union européenne. La Grèce, qui devrait commencer en 2014 à tourner la page de la crise, aura un peu moins de six mois pour faire avancer ses dossiers prioritaires.

Après six années de récession profonde, le pays devrait renouer avec la croissance (+0,6% en 2014 selon les projections du gouvernement).

Athènes devrait également pouvoir se passer des plans d'assistance UE-FMI et ne demandera pas de nouveau prêt, a assuré lundi son Premier ministre Antonis Samaras en présentant ses voeux pour la nouvelle année. "En 2014, nous ferons le grand pas de la sortie" du plan d'aide, a-t-il déclaré, "et il n'y aura pas besoin de nouveaux accords d'assistance ou de prêts", a-t-il martelé, souhaitant que la Grèce redevienne un pays "comme les autres".

Plusieurs problèmes restent pourtant à régler: le niveau de la dette grecque (autour de 175% du PIB) et le trou de financement auquel le pays devrait faire face après la mi-2014. Mais certains commentateurs laissent entendre que le gouvernement d'Antonis Samaras pourrait bénéficier de la part de la troïka d'une certaine compréhension dans les mois qui viennent, dans un contexte marqué par les élections européennes du printemps.

A Athènes, Angélique Kourounis

Une ambition prudente

Les présidences précédentes de la Grèce n'ont pas marqué l'histoire européenne, mais les partenaires d'Athènes souhaitent d'autant plus qu'Athène reussisse, que les élections approchent.

Immigration, emploi mise en oeuvre de l'union bancaire, et transports maritimes sont au menu de ce semestre.

A Bruxelles, Quentin Dickinson

Adieu le lats, bonjour l'Euro

Après sa voisine l'Estonie en 2011, et avant l'arrivée probable de la Lituanie, la troisième des républiques baltes, en 2015, la Lettonie est devenue dans la nuit de mardi à mercredi le 18e membre de l'Union monétaire, malgré de vives réticences de sa population.

Avec ce renfort de deux millions d'habitants, l'euro, lancé il y a quinze ans, est désormais la monnaie officielle de 333 millions d'Européens.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.