Réunion de la dernière chance pour le gouvernement d'Alexis Tsipras
Réunion de la dernière chance pour le gouvernement d'Alexis Tsipras © EPA/MaxPPP

Alors que la bourse d'Athènes ouvre en forte baisse jeudi matin, plombée par la décision de la BCE de priver les banques d'un canal de financement, le gouvernement assure que 10 milliards supplémentaires sont à leur disposition en cas d'urgence.

Au cours de clôture de mercredi, la Bourse d'Athènes affichait un rebond de 17,5% depuis le début de la semaine, ayant ainsi plus que refait le terrain perdu (-14,1%) la semaine précédente dans la foulée de la victoire du parti anti-austérité Syriza aux élections legislatives du 25 janvier. Mais jeudi matin la baisse a été forte, 5,66 % de moins à 9h, 13,4 % de recul pour les valeurs bancaires.

Il faut dire que la veille, la BCE a annoncé qu'elle n'accepterait plus les obligations d'Etat grecques en échange de ses opérations de financement, une décision qui reporte sur la banque centrale grecque le poids du financement des banques grecques et isole le pays à moins qu'il ne parvienne à un accord avec ses créanciers.

"La Grèce ne cèdera pas au chantage et n'exercera aucun chantage"

Les banques grecques, elles, ont obtenu le feu vert pour accéder en cas de besoin à 10 milliards d'euros de financements d'urgence supplémentaires. C'est ce qu'a annoncé rapidement un responsable gouvernemental, ajoutant qu'Athènes n'entendait céder à aucun chantage.

Les précisions à Athènes de notre correspondante Angélique Kourounis

Il estime par ailleurs que la décision de la BCE visait à accroître la pression sur toutes les parties impliquées dans les discussions.

La Grèce n'a l'intention d'exercer aucun chantage sur qui que ce soit et elle ne cèdera à aucun chantage. La décision de la BCE est un acte de pression politique visant à ce qu'un accord soit conclu rapidement.

Un responsable de la banque centrale grecque a de son côté assuré que la décision de la BCE n'aurait aucun impact sur la stabilité et la liquidité du système financier grec.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.