Réunion à Milan entre les dirigeants russe, ukrainien, français, allemand et italien
Réunion à Milan entre les dirigeants russe, ukrainien, français, allemand et italien © Reuters / Mikhail Palinchak

Les rencontres parallèles au sommet Asie-Europe à Milan n’auront pas été vaines pour résoudre le conflit ukrainien selon les dirigeants européens. François Hollande a annoncé vendredi notamment un déblocage sur l’échange de prisonniers entre la Russie et l’Ukraine et un accord probable sur la vente de gaz.

Ce sommet a réuni les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko aux côtés d’Angela Merkel, de François Hollande, du Premier ministre britannique David Cameron et du chef du gouvernement italien Matteo Renzi. Étaient également présents les dirigeants de l'Union européenne Herman Van Rompuy et Jose Manuel Barroso.

Une première réunion entre la Russie, l’Ukraine, l’Allemagne et la France a permis d’avancer sur le dossier des échanges entre prisonniers pro-russes et ukrainiens. Les deux représentants ont, selon François Hollande, "une volonté commune de faire respecter le cessez-le-feu." Depuis sa signature le 5 septembre, les combats ont continué le long de la ligne de front particulièrement autour de Donetsk. Onze soldats ukrainiens étaient portés disparus vendredi après une embuscade des Pro-Russes dans la région de Lougansk.

Des drones russes pour surveiller la frontière ?

Selon Angela Merkel, il n’y a pas eu de véritables "percées" dans les discussions mais "un rapprochement sur certains détails" notamment sur des drones qui devraient être déployés à la frontière pour observer l’application du cessez-le-feu. D’après François Hollande, les Russes seraient prêts à fournir ces drones. Des responsables allemands doutent eux de l’efficacité de ces drones proposés à l’OSCE notamment en raison du froid durant l’hiver ukrainien.

François Hollande a également annoncé qu’un"accord sur le gaz était à portée de main"."C'est très important pour les Ukrainiens, a expliqué le président français, et très rassurant pour les Russes qui veulent effectivement être payés […] Un accord global pour les prochains mois a été trouvé, a-t-il ajouté, sous réserve de questions financières qui devront être précisées dans les prochains jours mais qui ne relèvent ni de l'Ukraine ni de la Russie" expliquant qu'il s'agissait "essentiellement des financements internationaux qui devront être mis en place".

Des progrès sur le gaz

La Russie a coupé le gaz à l’Ukraine qui vit sur des réserves reversées par d’autres pays européens. Les Russes ont plusieurs fois menacé de suspendre leurs livraisons de gaz vers plusieurs pays d’Europe dont l’Allemagne et la France si l’Ukraine ne remboursait pas ses dettes à Gazprom, le fournisseur officiel. Gazprom qui a également relevé le prix du mètre cube de gaz vendu aux Ukrainiens. Le président ukrainien Petro Porochenko s’est montré plus réservé parlant plutôt de"quelques progrès" autour des livraisons de gaz russe à son pays.

De nouvelles négociations entre Européens, Russes et Ukrainiens auront lieu mardi à Bruxelles pour régler définitivement ce problème du gaz selon les Européens. Milan aura aussi permis à Vladimir Poutine et Petro Porochenko de se rencontrer seuls en tête-à-tête à la fin de la journée. La dernière photo des feux hommes ensemble dataient du mois d’août.

Il reste encore beaucoup de divergences entre Vladimir Poutine et Petro Porochenko explique Bertrand Gallicher

Manque de coopération sur le crash du vol MH17

En marge du sommet Europe-Asie, la Russie s’est aussi vue reprocher son manque de coopération après l’explosion et le crash du vol MH17 de la Malaysian Airlines. La ministre australienne des Affaires étrangères s’en est notamment ouverte à son homologue russe Serguei Lavrov. Plusieurs pays pensent que l’avion a été touché par un missile des séparatistes pro-russes, soutenus par la Russie, celle-ci accusant au contraire l'Ukraine d’avoir visé l’appareil. Le crash a fait 298 morts.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.