accord sur une trêve humanitaire de 72 heures dans la bande de gaza
accord sur une trêve humanitaire de 72 heures dans la bande de gaza © reuters

La trêve de 72 heures entre Israël et le Hamas, censée permettre l'ouverture de négociations n'a tenu que quelques heures vendredi avant que le conflit ne reprenne. 40 palestiniens ont été tuées dans des bombardements israéliens dans le secteur de Rafah

Quatorze Palestiniens ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi à Khan Younès, au sud de la bande de Gaza.

Les victimes sont huit Palestiniens d'une même famille, dont deux femmes et trois enfants. Ils ont été tués par des tirs d'artillerie à Khan Younès.

Un peu plus tard, dans le même secteur, l'aviation israélienne a mené un raid qui a fait six morts.

Le bilan s'établit ce vendredi matin à plus de mille quatre cents cinquante Palestiniens tués à Gaza depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet dernier. De son coté, l'armée israélienne annonce que cinq soldats ont été tués jeudi soir par un tir d'obus du côté israélien de la frontière.

Donner un répit aux civils

Israël et le mouvement palestinien Hamas ont pourtant accepté vendredi un cessez-le-feu de trois jours. Il a pris effet dès 7 heures, heure française. C'est d'ailleurs ce que constatait en direct notre envoyé spécial Etienne Monin :

Les deux parties répondent donc favorablement à cette demande de l'ONU et des Etats Unis. "Ce cessez-le-feu est très important pour donner aux civils innocents un répit dont ils ont bien besoin face à la violence" , confirme John Kerry.

Les explications de Ludovic Pietenu à Jérusalem :

Le secrétaire d'état américain ajoute que les 1,8 million de civils de Gaza recevront "l'aide humanitaire dont ils ont un besoin urgent" et leur offriront un répit pour"enterrer leurs morts, s'occuper des blessés et se réapprovisionner en denrées alimentaires". Des délégations palestinienne et israélienne sont attendues ce vendredi matin au Caire pour des pourparlers associant le gouvernement égyptien et destinés à rechercher"un cessez-le-feu durable" . Un émissaire américain devrait participer aux négociations. Les précédents cessez-le-feu humanitaires, unilatéraux, n'ont pas tenu. C'est la première fois qu'une trêve recueillerait l'assentiment des deux camps et serait prévue pour une période aussi longue.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.