Ruqia Hassan
Ruqia Hassan © DR - capture d'écran de la page Facebook de Ruqia Hassan / Capture d'écran Facebook

Elle avait tenu à rester à Raqqa pour témoigner de la vie quotidienne dans cette ville sous emprise du groupe Etat islamique depuis plus de deux ans. Ruqia Hassan a été tuée il y a vraisemblablement plusieurs mois par les membres du groupe terroriste, accusée d’espionnage.

Nissan Ibrahim, c’était le pseudo qu’elle avait choisi pour décrire la vie à Raqqa. Un quotidien dans une ville contrôlée par le groupe Etat islamique et régulièrement bombardée par les forces de la coalition.

Selon le site Syria direct, Ruqia Hassan était une journaliste kurde indépendante. Elle avait participé au soulèvement contre le régime de Bachar Al-Assad en 2011 mais aussi aux manifestations contre le groupe Etat islamique.

Rester à Raqqa pour témoigner plutôt que de fuir

Ruqia Hassan était diplômée de philosophie de l’Université d’Alep, comme le rapporte le blog « Un œil sur la Syrie ». Elle avait fait le choix de rester à Raqqa et de vivre dans la clandestinité, une fois le groupe Daech entré dans la ville, ajoute le blog.

Depuis le 21 juillet dernier, le compte Facebook de Ruqia Hassan est resté inactif. Date à laquelle elle a certainement été capturée par les membres du groupe EI.

Selon Abu Mohammed, du collectif Raqqa massacré en silence, Ruqia Hassan aurait envoyé ce message avant de mourir :

Je suis à Raqqa et j’ai reçu des menaces de mort. Quand Daech m’arrêtera et me tuera - parce qu’ils me décapiteront certainement - je garderai ma dignité. Ce sera mieux que de vivre humilier par Daech.

Ruqia Hassan a été tuée en septembre ou en octobre. Mais sa famille, qui l'a cherchée pendant des mois, n’a appris sa mort qu’en ce début d’année 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.