Campagne de RSF après les attentats à Charlie Hebdo
Campagne de RSF après les attentats à Charlie Hebdo © RSF

Dans son rapport annuel, Reporters sans frontières (RSF) évoque une "détérioration générale" des conditions de travail des journalistes dans les 180 pays de son classement. La Finlande, la Norvège et le Danemark sont les meilleurs élèves, loin devant l'Érythrée (180e), la Corée du Nord (179e) et le Turkménistan (178e).

"Une régression brutale pour la liberté de l'information", le constat est amer à l'issue de cette année 2014. Les deux tiers des 180 pays passés sous la loupe de RSF ont affiché de moins bonnes performances que l'année précédente en termes de liberté de la presse.

Violences, pressions et conflits d'intérêt

Comme souvent, ce sont les pays nordiques qui assurent le mieux la sécurité et l'indépendance de leurs journalistes. La France, elle, remonte d'un cran, à la 38e place. En parallèle, on constate des dégradations spectaculaires en Italie (73e), où les pressions de la mafia et les procédures en diffamation se sont multipliées, mais aussi en Islande, au Venezuela (137e après une chute de 20 places), où l'armée tire en toute connaissance de cause sur la presse lors de manifestations.

La plus forte chute s'observe en Andorre (32e), à cause du "manque d'indépendance des médias vis-à-vis des pouvoirs économiques, politiques et religieux", source de "conflits d'intérêt" et d'une "grande difficulté à couvrir les activités des banques andorranes".

► ► ► SUR LE WEB | Lire le rapport complet sur le site de RSF

Globalement, sur les cinq continents, l'indice annuel recensant les atteintes à la liberté d'information a augmenté systématiquement en 2014, avec une augmentation de 5,6 % dans l'Union européenne et les Balkans.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.