Manifestants iraniens contre l'Arabie saoudite
Manifestants iraniens contre l'Arabie saoudite © Reuters / Faisal Mahmood

La crise entamée avec l'exécution d'un chef religieux a poussé Ryad à rompre ses relations diplomatiques avec Téhéran, qu'elle accuse de déstabiliser la région. L'émissaire de l'ONU pour la Syrie assure que le conflit ne gênera pas les négociations.

Le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al Djoubeïr, a accusé dimanche l'Iran d'ingérence dans les affaires du monde arabe et d'atteinte à la sécurité de la région. La crise entre le royaume sunnite et l'Iran chiite, deux gros exportateurs de pétrole, a commencé avec l'exécution, le 2 janvier en Arabie saoudite, du religieux chiite saoudien Nimr al Nimr , ce qui a provoqué la colère de la République islamique et des chiites du Moyen-Orient. Des missions diplomatiques saoudiennes en Iran ont été attaquées par des manifestants chiites.

"Ces attaques reflètent clairement l'approche adoptée par les Iraniens dans le monde arabe en particulier, à savoir une ingérence dans les affaires des pays et l'incitation à des tensions intercommunautaires , la remise en cause de la sécurité et de la stabilité régionales", a expliqué le ministre saoudien lors d'une réunion extraordinaire de la Ligue arabe, convoquée au Caire pour parler de la montée des tensions entre Ryad et Téhéran.

La Ligue arabe a d'ailleurs annoncé son soutien à l'Arabie saoudite face à ce qu'elle considère comme des "actes hostiles et des provocations" de la part de l'Iran.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Arabie saoudite et Iran, des guerres par procuration

Un obstacle aux négociations syriennes ?

De son côté, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, était en visite à Téhéran. Il a assuré que les tensions entre les deux pays n'affecteraient pas les négociations en cours sur le conflit syrien.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères m'a assuré qu'il n'y aurait aucun impact de leur côté. En Iran on m'a fait la même promesse.

L'émissaire s'était auparavant rendu à Ryad, le 5 janvier dernier, et avait alors dit sa préoccupation face à cette situation très tendue entre les deux pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.