L'aéroport de  Moscou-Domodedovo
L'aéroport de Moscou-Domodedovo © CC Коля Саныч

En réponse aux sanctions des européens contre Moscou Bruxelles, pour son implication dans le conflit ukrainien, 89 personnalités, dont quatre français sont interdits de territoire russe.

Au total, 89 noms, dont ceux d'anciens chefs de gouvernement, de hauts responsables de la défense et de parlementaires, détracteurs de la politique de la Russie, figurent sur cette liste que Moscou a transmise vendredi à des ambassades.

Parmi les personnalités intellectuelles, politiques et militaires visées par cette interdiction de territoire on retrouve le philosophe Bernard-Henri Lévy, le président du Comité économique et social européen (CESE) Henri Malosse, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux et l'ex-eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, amusé par cette interdiction, à l'instat de plusieurs hommes politiques européens :

Je trouve ça très drôle. Ça correspond au régime poutinesque, ça aurait été vraiment triste que Poutine me considère comme son ami.

Pour le premier secrétaire du PS, la présence sur cette liste de Bruno Leroux, n'a rien à voir avec d'éventuels propos sur l'Ukraine

"Personne n'y a été placé par hasard" , avait pour sa part affirmé la semaine dernière l'ambassadeur de Russie auprès de l'UE, Vladimir Tchijov. Une liste qui vient d'être communiquée mais Moscou bloquait depuis des mois l'arrivée de certaines personnalités.

A Moscou, les explications de Caroline Larson

0'53

La liste noire de Poutine

A Bruxelles, un porte-parole de la diplomatie européenne a dénoncé une "mesure arbitraire et injustifiée" . Un point de vue que partage le ministère britannique des Affaires étrangères et le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. "A un moment où nous nous efforçons de désamorcer un conflit âpre et dangereux au coeur de l'Europe, cela n'aide pas", a-t-il poursuivi.

Au fur et à mesure du déroulement de la crise en Ukraine, l'UE a allongé sa propre "liste noire", qui compte désormais quelque 150 noms et pris des mesures plus sévères contre la Russie, visant des pans entiers de l'économie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.