Les cartes sont redistribuées en Syrie avec la montée en puissance d'EL
Les cartes sont redistribuées en Syrie avec la montée en puissance d'EL © Reuters / Zohra Bensemra

Les Etats-Unis envisagent désormais une intervention en Syrie. L'organisation radicale l'Etat islamique est l'ennemi commun d'Obama et de Bachar el Assad. Le régime syrien a indiqué hier lundi qu'il était prêt à coopérer avec la communauté internationale.

L'avancée de l'Etat islamique, et l'assassinat de James Foley pourraient rendre une action militaire en Syrie moins difficile à faire accepter à une opinion publique américaine traumatisée par 10 ans de guerre en Afghanistan et en Irak.

Pourtant, le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest assure que : "Le président n'a pris aucune décision concernant des opérations militaire en Syrie".

Progression fulgurante d'Ei

Malgré tout, la Maison Blanche devrait réagir face à la progression fulgurante des jihadistes ultra-radicaux depuis le mois de juin. En effet, le Pentagone s'apprête à envoyer des avions-espions et des drones au-dessus de la Syrie pour repérer les jihadistes et préparer le terrain à d'éventuelles frappes.

Il y a un an Barack Obama envisageait des frappes contre le régime de Bachar el-Assad accusé d'attaques à l'arme chimique. Désormais, le Président américain étudie des frappes contre l'EI, qui est aussi l'ennemi du régime de Damas. Les éventuelles frappes pourraient aider le régime d'Assad, et mettre les Etats-Unis dans une situation délicate.

Et le gouvernement syrien n'a pas tardé à s'engouffrer dans la brèche. Le ministre des Affaires étrangères, Walid Mouallem a affirmé lundi être prêt à coopérer avec la communauté internationale. Il a par ailleurs expliqué que toute frappe américaine contre les jihadistes sur son territoire devait être coordonnée avec lui, au risque d'être considérée comme une agression.

Pour Randa Kassis, la présidente du mouvement de la société pluraliste en Syrie, c'est la victoire du régime syrien. Elle s'explique au micro de Bertrand Gallicher :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.