Albert Ebossé a été mortellement frappé par un projectile
Albert Ebossé a été mortellement frappé par un projectile © YouTube

L'attaquant camerounais Albert Ebossé a été tué par un projectile lancé des tribunes, peu après la défaite de son équipe de la JS Kabylie. Le monde du football algérien réclame des "sanctions exemplaires", quand de nombreux Algériens disent leur "honte" après le drame.

"Nous espérons que des sanctions exemplaires seront prises contre cet acte grave de violence. La violence n'a pas de place dans le football africain en particulier et dans le sport en général." Le président de la Confédération Africaine de Football, Issa Hayatou, n'avait pas de mot assez dur pour dénoncer la mort du jeune joueur camerounais de 25 ans, visiblement tué samedi soir par un projectile jeté par des supporters de sa propre équipe.

Des supporters particulièrement énervés après la défaite de leur club, la JSK, à domicile au stade de Tizi Ouzou. Au moment de regagner les vestiaires, les joueurs ont subi de nombreux jets de projectiles divers depuis les tribunes. L'un d'eux a touché l'attaquant, qui a finalement succombé à ses blessures à l'hôpital local.

Le récit de Leïla Beratto

"Les supporters ont tué leur joueur préféré"

La presse a rapidement reflété l'indignation des Algériens. "On a tué Ebossé", titraient les quotidiens sportifs Compétition et Le Buteur. Le Huffington Post Maghreb évoque "une catastrophe infamante pour l'Algérie". Les réseaux sociaux rendent aussi hommage au jeune footballeur tout en dénonçant vivement son agression.

Le stade de Tizi Ouzou a été fermé par la Ligue. Une réunion d'urgence a été convoquée lundi pour évoquer d'éventuelles sanctions, et tenter de trouver une solution pour lutter contre le hooliganisme, en pleine explosion en Algérie.

Ironie du sort, c'est justement Albert Ebossé qui avait marqué samedi soir le seul but de la JS Kabylie, battue 2-1 par l'USM Alger.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.