La NRA était au départ une association sportive. Puis elle s'est transformée petit à petit en puissant lobby des armes, à l'influence politique redoutable. Alors que la jeunesse américaine manifeste à nouveau ce week-end aux États-Unis, retour sur le rôle des défenseurs des armes à feu.

Un participant à la Convention 2018 de la NRA à Dallas en mai
Un participant à la Convention 2018 de la NRA à Dallas en mai © AFP / Loren ELLIOTT

Dans la grande majorité des tueries de masse aux États-Unis ces derniers mois, les tueurs possédaient leurs armes légalement. 

Les militants anti armes à feu réclament donc plus de contrôle et s'opposent de manière frontale à la NRA, la National Rifle Association. Ils prennent à nouveau la parole ce week-end avec l'opération "Wear orange for gun safety" ("portons du orange pour réclamer un contrôle des armes") dénoncent son lobbying agressif. Ils montrent du doigt tous les politiques qui profitent de son argent. La NRA classe et note même les politiciens en fonction de leur penchant pour les armes à feu.

La NRA vient d'ailleurs de lancer sa plus grande campagne de communication, après les grandes manifestations de jeunes qui ont suivi les drames de Parkland en Floride  (17 morts) et Santa Fe au Texas (10 morts).

Comme le rappelle le Washington Post, la NRA n'a pas toujours été aussi acharnée à défendre les droits des propriétaires et vendeurs d'armes à feu.

Armes à feu :  les nombres terrifiants qui ne cessent d'augmenter, par le Washington Post (en anglais)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.