Manitestation à Manhattan
Manitestation à Manhattan © ©Richard Levine/PHOTOSHOT/MAXPPP / ©Richard Levine/PHOTOSHOT/MAXPPP

Selon des documents soustraits à la NSA par Edward Snowden et transmis au Monde par le journaliste Glenn Greenwald, les communications téléphoniques et électroniques des citoyens français ont été espionnées de manière massive par la NSA.

Selon le Monde :

On constate que sur une période de trente jours, du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques des Français ont été effectués par la NSA.

Selon les documents cités par le quotidien, les cibles de l'agence américaine sont aussi bien des personnes soupçonnées de liens avec des activités terroristes qu'appartenant au monde des affaires, de la politique ou à l'administration française. La NSA s'est aussi intéressée de très près, du 1er au 31 janvier 2013, aux adresses de messagerie wanadoo.fr, rattachée à l'opérateur orange, et alcatel-lucent.com, liée au groupe franco-américain du même nom, écrit Le Monde.

Les explications de Gabriel Pereira

Quelle est l'ampleur du problème et que savait déjà le gouvernement français sur le sujet ? Beaucoup, selon Eric Denécé. Le directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (le CF2R) estime que Laurent Fabius, en particulier, ne pouvait pas ignorer cet espionnage américaine.

Eric Denécé était l'invité du journal de 18h, au micro d'Angélique Bouin.

L'ambassadeur américain en France convoqué par le Quai d'Orsay

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius s'est exprimé lundi à son arrivée à une réunion européenne à Luxembourg :

J'ai convoqué immédiatement l'ambassadeur des Etats-Unis qui sera reçu ce matin même au Quai d'Orsay.

L'ambassadeur des Etats-Unis, Charles Rivkin, n'a pas souhaité commenter dans l'immédiat la nouvelle de sa convocation, préférant insister sur l'étroitesse des liens franco-américains. "Cette relation au niveau militaire, du renseignement, des forces spéciales (...) est la meilleure depuis une génération".

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a lui aussi réagi et demandé des explications à Washington :

Les révélations du Monde [...] sont évidemment, telles qu'elles apparaissent [...], choquantes et vont appeler des explications précises des autorités américaines dans les heures qui viennent [...] Si un pays ami, si un pays allié, espionne la France ou espionne d'autres pays européens c'est totalement inacceptable.

Le parquet de Paris a ouvert en juillet une enquête préliminaire au sujet du programme international de surveillance américain Prism, à la suite d'une première vague de révélations, en juin, sur le programme d'espionnage des communications téléphoniques et internet par la NSA.

L'affaire Prism
L'affaire Prism © Radio France
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.