Les autorités allemandes ont interpellé mercredi un homme appartenant à la mouvance islamiste après l'attaque à l'explosif contre le bus des joueurs de football de Dortmund.

La police allemande analyse une lettre de revendication après l'attaque aux explosifs contre le bus de l'équipe de football du Borussia Dortmund mardi soir
La police allemande analyse une lettre de revendication après l'attaque aux explosifs contre le bus de l'équipe de football du Borussia Dortmund mardi soir © AFP / Sascha Schuermann

La police a reconsidéré la piste terroriste mercredi, après l'interpellation d'un suspect apparenté à la mouvance islamiste. L'homme est suspecté d'être à l'origine de l'attaque aux explosifs qui a touché le bus de l'équipe du Borussia Dortmund mardi, peu avant le coup d'envoi du quart de finale de la Ligue des Champions contre Monaco.

La police a en parallèle considérablement renforcé ses mesures de sécurité en vue des deux rencontres de Ligue des Champions de la soirée en Allemagne, à la suite de l'attaque qui a choqué le monde du football et au-delà.

Tel est le cas bien sûr à Dortmund, où le match contre Monaco s'est achevé par une défaite de l'hôte allemand (2-3) sous une présence policière exceptionnelle pour cette ville de l'Ouest de l'Allemagne.

Mais l'ambiance, la solidarité et le fair-play étaient tout de même au rendez-vous. Au coup d'envoi, le stade comble avait marqué l'évènement en scandant "Bartra", nom du joueur du Borussia blessé dans l'attaque.

A Munich aussi, où le Bayern s'est incliné face au tenant du titre, le Real Madrid (1-2), l'affiche la plus prestigieuse de ces quarts de finale de la Ligue des Champions, la police avait considérablement renforcé sa présence notamment autour de l'hôtel des stars espagnoles.

Du côté de l'enquête, le parquet antiterroriste a annoncé s'être concentré dans l'immédiat "sur deux suspects appartenant à la mouvance islamiste".

D'après la police de Dortmund, le policier souffrait mardi soir d'un traumatisme dû à l'explosion. Le joueur de Dortmund, l'Espagnol Marc Bartra a dû être opéré, blessé à une main par des éclats de vitres brisées.

Bombes artisanales et lettre de revendication

Mardi soir, trois explosions ont retenti à 19h15 mardi près du bus des joueurs qui venait de quitter l'hôtel à Dortmund. D'après la police, les charges étaient probablement cachées dans une haie sur le bord de la route et l'attaque était ciblée contre le bus.

Une lettre de revendication a été retrouvée sur les lieux et les enquêteurs cherchent à l'authentifier.

Selon un journal de la région de Dortmund, le quotidien Stadt Anzeiger de Cologne, les deux suspects sont un Irakien de 25 ans résidant à Wuppertal et un Allemand de 28 ans habitant à Fröndenberg.

La région autour de Dortmund, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), est connue pour abriter une mouvance islamiste assez importante. Toutefois, les enquêteurs restent, d'après le journal, très prudents dans l'attente de pouvoir, ou pas, établir un lien entre les deux hommes et les faits.

Il n'y a plus guère de doute en revanche sur la nature de l'acte.

"Compte tenu des modalités opératoires on peut partir du principe qu'il s'agit d'une attaque à caractère terroriste", a déclaré une représentante du parquet, Frauke Köhler.

Si la piste jihadiste devait se confirmer, elle serait de nature à renforcer l'inquiétude en Allemagne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.