Quatre ans après les derniers cas au Nigeria, l'Afrique a éradiqué la polio, confirme officiellement l'Organisation Mondiale de la Santé ce mardi. S'il reste des cas connus au Pakistan et en Afghanistan, ce sont les deux derniers pays touchés par le virus. Peut-on imaginer une éradication mondiale de la polio ?

La polio est officiellement éradiquée du continent africain par l'OMS après 4 ans sans cas déclarés et des efforts massifs de vaccination des enfants
La polio est officiellement éradiquée du continent africain par l'OMS après 4 ans sans cas déclarés et des efforts massifs de vaccination des enfants © Getty / LAGUNA DESIGN

Le "polio sauvage", plus connu sous le nom de polio, est officiellement éradiquée du continent africain. L'annonce a été confirmée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ce mardi après-midi lors d'une réunion en visioconférence à 17h (heure française). On comptait parmi les participants le directeur général de l'OMS, l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, sa directrice régionale pour l'Afrique, Matshidiso Moeti, les milliardaires et philanthropes nigérian Aliko Dangote et américain Bill Gates. La nouvelle survient quatre ans après l'apparition des derniers cas dans le Nord-Est du Nigeria. "Aujourd'hui, les membres de la Commission de certification pour la région Afrique (ARCC) - organisme de certification de l'OMS - déclare que la transmission du poliovirus sauvage a été interrompue" en Afrique, a affirmé sa présidente Dr Rose Leke. "Grâce aux efforts déployés par les gouvernements, le personnel soignant et les communautés, plus de 1,8 million d'enfants ont été sauvés" de cette maladie, se réjouit l'OMS. Mais quelle est réellement cette maladie ? Où sévit-elle encore dans le monde ? Et peut-on imaginer une éradication mondiale ? 

Qu'est ce que cette maladie ?

La polio est une maladie très contagieuse "provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures", explique l'OMS. Elle touche principalement les enfants de moins de 6 ans et s'attrape  principalement par voie fécale-orale. Concrètement, lorsqu'on met dans sa bouche des doigts, objets, nourriture ou boisson ayant été en contact avec des matières fécales. Le virus se propage ensuite dans l'intestin et provoque les symptômes suivants : fièvre, fatigue, maux de tête, vomissements, raideur de la nuque et douleurs dans les membres. À plus long terme, la polio peut donner lieu à une paralysie musculaire quand le virus atteint la moelle épinière. Selon l'OMS, une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.

État des lieux dans le monde

La polio était endémique partout dans le monde, jusqu'à la découverte d'un vaccin dans les années 1950. Les pays les plus riches y ont eu rapidement accès, mais l'Asie et l'Afrique sont restés longtemps d'importants foyers infectieux.  En 1988, l'OMS dénombrait 350 000 cas à travers le monde et encore plus de 70 000 cas rien qu'en Afrique en 1996.  Mais grâce à une rare prise de conscience collective et à d'importants efforts financiers (19 milliards de dollars sur 30 ans), le nombre des cas a baissé de plus de 99% entre 1988 et 2018, selon l'OMS, passant de 350 000 selon les estimations dans plus de 125 pays d’endémie à 33 cas notifiés en 2018. Et aujourd'hui, seuls deux pays au monde comptent des contaminations par le "poliovirus sauvage": l'Afghanistan (29 cas en 2020) et le Pakistan (58 cas).

Sur les 3 souches de "poliovirus sauvage" (type 1, type 2 et type 3), le poliovirus de type 2 a été éradiqué en 1999 et aucun cas dus au poliovirus de type 3 n'a été signalé depuis que le dernier cas enregistré au Nigéria en novembre 2012.

Peut-on complètement s'en débarrasser ?

Il n’existe pas de traitement contre la polio, la prévention est donc la seule option. Le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, offre à l’enfant une protection à vie. Le vaccin conféré à l'échelle mondiale pourrait donc éradiquer complètement la maladie. Mais cela est-il possible ? D'abord, vacciner toute l’humanité risque de coûter un bras. Ensuite, si en France le vaccin contre la polio est obligatoire pour les enfants depuis 1964, il parait compliqué, aux yeux de l'OMC, de vacciner toutes les populations à risque. 

"Les stratégies d’éradication de la poliomyélite fonctionnent si elles sont pleinement appliquées", raconte l'organisme de santé. "C’est ce que l’Inde a clairement démontré en réussissant en janvier 2011 à mettre fin à la poliomyélite dans ce qui est sans doute la localisation la plus technique et la plus difficile". Si un pays fait face à de mauvaises conditions sanitaires ou sécuritaires par exemple, une telle maladie sera plus compliquée à éradiquer. 

C'était le cas notamment du Nord-Est du Nigeria, contrôlé par la secte Boko Haram et le groupe Etat Islamique en Afrique de l'Ouest. Les enfants y étaient hors d'atteinte des campagnes de vaccination, "Mais les autorités locales, les agences humanitaires et tous les partenaires ont pris le taureau par les cornes pour trouver des solutions pour atteindre ces enfants", raconte le Dr Musa Idowu Audu, coordinateur de l'OMS pour l'Etat du Borno. 

Aujourd'hui, près de 30 000 enfants seraient toujours privés de vaccination dans les zones du pays rendues inaccessibles par Boko Haram et l'Etat Islamique. Selon les experts scientifiques, ce chiffre reste « trop faible » pour être la source d’une transmission endémique. 

La transmission endémique se poursuit au Pakistan et en Afghanistan. Cela pourrait entraîner près de 200 000 nouveaux cas chaque année dans les 10 ans à venir au niveau mondial, affirme l'OMS. L'Afrique doit donc s'assurer qu'aucun cas provenant de ces deux pays ne se propage, et qu'une proportion suffisante de ses enfants soient vaccinés pour assurer l'immunisation totale du continent. 

En parallèle, la République démocratique du Congo a annoncé ce mardi la fin officielle d'une meurtrière épidémie de rougeole qui a emporté, en 25 mois, plus de 7 000 enfants de moins de cinq ans. Le Togo a, quant à lui, annoncé ce lundi être le premier pays africain à avoir "définitivement éradiqué de son territoire la Trypanosomiase Humaine Africaine (THA), plus connue sous le nom de maladie du sommeil".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.