La Chine s'apprête à renoncer à sa politique nataliste. Déjà, elle avait abandonné le principe de l'enfant unique en 2016. La loi ne va bientôt plus du tout faire référence au contrôle des naissances.

Vers la fin de la politique de l'enfant unique en Chine
Vers la fin de la politique de l'enfant unique en Chine © AFP / STR

Combien de temps a duré la politique de l'enfant unique ? 

La politique de l’enfant unique a été mise en place en 1979. Elle était destinée à éviter la surpopulation du pays le plus peuplé au monde.  Avec tout de même, petit à petit, des exceptions : les femmes issues des minorités ethniques, de familles rurales dont le premier enfant était une fille, et les couples dont au moins un membre était enfant unique avaient déjà le droit d'avoir un deuxième enfant.

Chine : Les naissances sont reparties à la hausse en 2016
Chine : Les naissances sont reparties à la hausse en 2016 © AFP / Vincent LEFAI, John SAEKI, Jean Michel CORNU

Quelles ont été les conséquences de la politique de l'enfant unique ? 

Avortements forcés, amendes et stérilisations à outrance, le contrôle des naissances a tellement fonctionné dans le pays le plus peuplé du monde ( 1,38 milliard d’habitants) que la proportion de femmes a considérablement baissé, puisque de nombreuses familles, surtout dans les zones rurales, jugent les filles inutiles.

Pourquoi la Chine est-elle revenue sur sa politique nataliste ? 

En 2015, Pékin s'est inquiété du vieillissement de sa population,  et a aboli le principe de l'enfant unique. Depuis début 2016, tout couple marié a le droit d'avoir un deuxième enfant. Ce revirement a fonctionné puisqu'en 2016, le nombre de naissances a augmenté. Mais en 2017, elles ont stagné, avec 17,23 millions de bébés. De nombreux couples hésitent en effet à avoir un second enfant en raison du coût de la vie de plus en plus élevé. Les prévisions tablent sur une nouvelle augmentation du nombre de naissances en 2019.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.