La Corée du Nord et la Corée du Sud ont au moins un point commun : un goût prononcé pour la pop. La venue de la chanteuse nord-coréenne Hyon Song-Wol en Corée du Sud, et l'engouement des médias à Séoul pour son groupe Moranbong participeraient, à les lire, au "rapprochement" des deux Corée.

Le groupe Nord-coréen Moranbong en concert  en 2014.
Le groupe Nord-coréen Moranbong en concert en 2014. © AFP / Agence de presse nord-coréenne officielle d'informations

La détente semble donc se poursuivre donc entre les deux Corée. Une délégation nord-coréenne se trouve au Sud depuis dimanche pour la première fois depuis quatre ans. Son but est de visiter des salles de spectacles afin de préparer une série de concerts donnés par un orchestre nord-coréen à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver, prévus début février en Corée du Sud.

La délégation est menée par Hyon Song-wol, ancienne chanteuse nord-coréenne devenue membre du Comité central du Parti nord-coréen. Sa visite, après des mois de tensions, fascine les médias sud-coréens.

À la façon des paparazzis, des centaines de journalistes sud-coréens suivent la délégation du Nord et filment Hyon Song-wol, pas à pas, alors qu’elle prend le train, le bus, ou son petit-déjeuner. Emmenée d’une salle de spectacle à un autre, la vedette nord-coréenne n’a pas dit un mot en public. Elle affiche en permanence le même sourire figé.

Et sa tenue élégante, écharpe en fourrure et manteau noir, suscite de nombreux commentaires en ligne. Accompagnée d’imposantes forces policières, la délégation repart en fin de journée, en franchissant par la route la frontière d’habitude fermée. Devant la gare de Séoul, des opposants ont réagi en brûlant des drapeaux nord-coréens et des photos du dirigeant Kim Jong-un. 

Si la plupart des Sud-Coréens sont en faveur de la participation du Nord aux Jeux olympiques, le défilé conjoint des deux Corée lors de la cérémonie d’ouverture et la constitution d’une équipe unifiée en hockey sur glace suscitent la controverse.  Cette équipe pourrait servir à "glorifier" Kim Jong-un, critique le principal parti d’opposition qui accuse même le gouvernement d’avoir "transformé PyeongChang... en Jeux de Pyongyang".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.