Des militants pro-russes écoutent un homme qui joue du piano devant le bâtiment du gouvernement régional à Donetsk
Des militants pro-russes écoutent un homme qui joue du piano devant le bâtiment du gouvernement régional à Donetsk © REUTERS/Baz Ratner

Les pro-russes contrôlent le bâtiment de l'administration régionale depuis deux semaines, protégés par des militants à l'extérieur. Malgré les accords de Genève, ceux qui ont autoproclamé "une république de Donetsk" sont bien décidés à rester là jusqu'à un référendum.

Alors que le vice Président américain Joe Biden est à Kiev pour soutenir le gouvernement de transition, les tensions dans l'est de l'Ukraine sont toujours très vives après la fusillade de Slaviansk qui a fait au moins deux morts.

Le maire autoproclamé de Slaviansk a appelé la Russie à l'aide et dans une dizaine de villes, certains bâtiments publics sont toujours aux mains des pro-russes.

C'est le cas à Donetsk, une ville de un million d'habitants où les pro-russes se sont emparés du bâtiment de l'administration régionale.

Cet énorme bâtiment de onze étages est entièrement contrôlé par militants depuis deux semaines et malgré les accords de Genève, ceux qui ont autoproclamé "une république de Donetsk" sont toujours là, décidés à rester jusqu'à un référendum.

Philippe Randé a pu entrer dans ce bâtiment protégé par des hommes cagoulés.

Des manifestations pro-russes ont également eu lieu dans la région de Lougansk, voisine de Donetsk et où des bâtiments publics sont également occupés. Les séparatistes y ont nommé un "gouverneur populaire" pour remplacer celui nommé par Kiev et ont promis de créer leur propre armée.

Russie et Etats-Unis s'accusent mutuellement d'ingérence et d'absence de volonté pour appliquer l'accord de Genève, depuis sa signature jeudi

Les Etats-Unis, qui estiment que Moscou se trouve derrière les troubles en Ukraine, ont appelé la Russie à faire pression sur les insurgés pro-russes qui gardent le contrôle de l'administration régionale de Donetsk et de nombreuses mairies dans la région, pour qu'ils respectent l'accord et menacé de nouvelles sanctions.

Pour Sergueï Lavrov "les tentatives d'isoler la Russie sont vaines, car isoler la Russie du reste du monde est impossible." Pour le ministre des Affaires étrangères russe c'est à Washington de convaincre Kiev de respecter ses engagements. Les Etats-Unis doivent utiliser leur influence "afin que les têtes brûlées ne provoquent pas un conflit sanglant".

Le jeu diplomatique ne se sera calmé que pendant quelques jours...

Un bras de fer entre Etats-Unis et Russie

Joe Biden, le vice président américain, poursuivra mardi sa visite en Ukraine pour proposer une aide économique et logistique aux autorités de Kiev pour face à la crise. Il doit notamment rencontrer le président par interim Tourtchinov afin d'évoquer la situation dans l'est du pays.

Camille Grand est le directeur de la Fondation pour la recherche stratégique. Selon lui le bras de fer entre Moscou et Washington se poursuivra jusqu'à l'élection présidentielle ukrainienne du 25 mai.

Camille Grand répond à Olivier Poujade

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.