kiev dénonce l'occupation par des soldats russes de deux aéroports en crimée
kiev dénonce l'occupation par des soldats russes de deux aéroports en crimée © reuters

Pour le président ukrainien par intérim, pas de doute : son voisin russe est coupable "d'agression". Il assure que des troupes russes ont été envoyées en Crimée. Des témoins évoquent des hommes armés, peut-être russes, à Simféropol, capitale de Crimée.

La Russie a envoyé des forces en Crimée. Ils travaillent à des scénarios tout à fait identiques à celui d'Abkhazie: en se lançant dans un conflit armé, ils ont commencé à annexer le territoire.

Lors d'une allocution télévisée, Oleksander Toutchinov ne cache pas son inquiétude. Pour lui, pas de doute, les Russes veulent reproduire le scénario de l'Ossétie du Sud. Après l'intervention des forces géorgiennes contre des séparatistes ossètes en août 2008, les forces russes avaient mené une offensive de cinq jours pour les repousser, puis Moscou a reconnu l'indépendance autoproclamée de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

"L'armée ukrainienne fera son devoir mais elle ne cédera pas à la provocation", a poursuivi le président par intérim, qui s'est dit convaincu que la crise serait résolue rapidement. "J'en appelle personnellement au président Poutine pour demander la fin des provocations et le retrait des troupes de la République de Crimée".

Parfum de guerre froide

Les Etats-Unis s'en mêlent aussi. Dans la soirée, Washington a demandé solennellement le départ des troupes russes de la région, et la mise en place d'une médiation internationale sur la situation ukrainienne. Barack Obama se dit même "profondément inquiet" et menace à demi-mot son homologue russe en assurant que "toute intervention militaire aura un coût". Il assure également que les Etats-Unis soutiennent la "souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

Depuis le départ précipité du président Ianoukovtich, la Russie n'a pas caché son hostilité envers les révolutionnaires. Le président déchu lui-même est à nouveau apparu aujourd'hui, pour exprimer sa volonté de revenir au pouvoir... depuis la Russie.

► ► ► À LIRE AUSSI | Ianoukovitch : "Je vais poursuivre le combat"

Grandes manoeuvres à l'Est

Des hommes armés, qui, selon les autorités ukrainiennes, appartiendraient à l'armée russe, se sont déjà emparés des aéroports de Simféropol, capitale de Crimée, et de Sébastopol, port d'attache de la flotte russe de la mer Noire. Le premier opérateur national fait par ailleurs état de perturbations dans les liaisons téléphoniques et les connexions internet.

Des témoins disent en outre avoir vu des véhicules de transport de troupes russes et des hélicoptères ainsi qu'un navire militaire, mais Moscou nie tout déploiement de force en Crimée.

Treize avions russes transportant chacun 150 hommes se sont posés dans la péninsule, affirme un représentant de la nouvelle administration sur place. Enfin, un correspondant de Reuters a vu des militaires portant l'uniforme de la flotte russe de la mer Noire barrer la route à des gardes-frontières ukrainiens près de Sébastopol.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.