vladimir poutine exclut pour l'instant de recourir à la force en ukraine
vladimir poutine exclut pour l'instant de recourir à la force en ukraine © reuters

Le président russe s'est exprimé sur ce choix devant le Parlement russe et une grande fête est organisée à Moscou.

De son côté, la communauté internationale a lancé de nouvelles sanctions à l'encontre de plusieurs personnalités russes et ukrainiennes.

Les autorités de Crimée avaient auparavant demandé officiellement le rattachement de la presqu'île, ukrainienne depuis 1954, à la Russie, au lendemain d'un vote massif des Criméens en ce sens.

Les électeurs de Crimée se sont prononcés dimanche à 96,77% pour une séparation de la Crimée d'avec le reste de l'Ukraine et son rattachement à la Fédération de Russie, soixante ans après le don de la presqu'île à l'Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. Le taux de participation à ce référendum a été de 83%.

Plusieurs mesures ont été votées dans la foulée:

  • Indépendance de la Crimée
  • Passage au rouble
  • Nationalisation des entreprises publiques ukrainiennes
  • Dissolution des unités militaires ukrainiennes

Le décret signé par Vladimir Poutine, diffusé sur le site internet du Kremlin, prend effet immédiatement. Moscou précise que sa reconnaissance de la Crimée comme Etat indépendant se fonde "sur la volonté du peuple de Crimée" exprimée dimanche.

Poutine: "La Crimée a toujours été une partie de la Russie"

Vladimir Poutine s'est exprimé ce matin devant les deux chambres du Parlement russe réunies en séance commune.

Vladimir Poutine devant le Parlement russe

Un grand concert est prévu cet après-midi sur la place rouge à Moscou. Il s'agit de fêter la Crimée retrouvée, celle que Krouchtchev avait donné à l'Ukraine en 1954 et qui sera bientôt de retour dans le giron russe.

Les autorités régionales de Crimée ont officiellement demandé lundi le rattachement du territoire ukrainien à la Fédération de Russie, et annoncé la nationalisation des deux principales compagnies d'énergie.

La principale banque d'Ukraine, la "Private Bank" a annoncé hier la fermeture de ses agences de Crimée, ses statuts l'empêchant d'avoir des activités à l'étranger.

"Les clients de Crimée sont désormais concernés comme des étrangers" : reportage de Julie Pietri

target="_blank" href="http://www.franceinter.fr/#"> LecturePartager

Nouvelle salve de sanctions occidentales

Les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Bruxelles ont décidé de leur côté de sanctionner des personnalités impliquées dans le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.

Les sanctions visent 21 Ukrainiens et Russes à l'origine du référendum de dimanche en Crimée. L'UE considère cette consultation populaire comme illégale et n'en reconnaît pas le résultat.

Ces sanctions, qui portent sur des interdictions de voyage et des gels d'avoirs, apparaissent modestes. L'analyse de Bertrand Gallicher :

Mais les Vingt-Huit se réservent la possibilité d'annoncer de nouvelles mesures lors du Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement qui doit se tenir jeudi et vendredi à Bruxelles.

La France pourrait annuler la vente de navires Mistral

La France pourrait envisager d'annuler la vente de navires Mistral à la Russie si Moscou poursuivait dans cette voie, a précisé Laurent Fabius lundi soir sur TF1 :

Si Poutine continue ce qu'il fait, à ce moment-là nous pouvons envisager d'annuler ces ventes mais (...) nous demanderons à ce moment-là à d'autres, je pense notamment aux Britanniques, de faire l'équivalent avec les avoirs russes des oligarques à Londres. Les sanctions doivent toucher tout le monde.

La venue de 400 marins russes prévue en mai à Saint-Nazaire pour apprendre à manoeuvrer les BPC pourrait également être annulée dans le cadre du troisième niveau de sanctions, a ajouté le chef de la diplomatie française.

Laurent Fabius a d'ailleurs souligné:

Nous voulons absolument que la fermeté prévale, que Poutine ne puisse pas aller plus loin, et en même temps nous voulons la désescalade par le dialogue.

Des proches de Poutine directement visés

Les Etats-Unis ont pour leur part imposé un gel des avoirs et une interdiction de voyage à 11 responsables ukrainiens et russes impliqués dans la crise en Crimée, au nombre desquels deux proches collaborateurs du président russe Vladimir Poutine.

Pour les Etats-Unis, il s'agit des sanctions les plus significatives à l'encontre de la Russie depuis la fin de la guerre froide. Les explications de Frédéric Carbonne à Washington :

Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine ainsi que le Premier ministre pro-russe de Crimée, Sergueï Axionov, sont au nombre des responsables visés par ces sanctions, de même que des députés de la Douma, la chambre basse du parlement russe.

Y figurent aussi l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, destitué le 22 février, et deux proches collaborateurs du chef du Kremlin, Vladislav Sourkov et Sergueï Glaziev.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a étayé sa décision :

Les décisions de ce jour envoient un message fort au gouvernement russe, à savoir qu'il y a des conséquences pour ses actions qui violent la souveraineté et l'intégrité territoriales de l'Ukraine, notamment ses actes de soutien au référendum illégal sur la séparation de la Crimée.

La liste des personnalités visées moins longue que prévue

sanctions occidentales modestes contre moscou après le plébiscite criméen
sanctions occidentales modestes contre moscou après le plébiscite criméen © reuters

Comme les sanctions de l'UE nécessitent l'unanimité des 28 Etats membres et que certains pays, dont l'Italie et l'Espagne, sont apparus réticents, la liste de lundi n'est pas aussi longue que prévu.

A l'issue du référendum en Crimée, les diplomates européens avaient arrêté tard dans la soirée de dimanche une première liste de 120 à 130 individus, en raison d'actions qui "menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine".

Sur les 21 personnes visées dix sont des hommes politiques russes, trois des militaires et huit des Criméens, indique un diplomate de l'UE. Il n'est pas sûr que ces sanctions aient des conséquences sur le terrain.

Le président russe s'exprimera ce mardi devant le Parlement

Les autorités régionales de Crimée ont officiellement demandé lundi le rattachement du territoire ukrainien à la Fédération de Russie, et annoncé la nationalisation des deux principales compagnies d'énergie.

La principale banque d'Ukraine, la "Private Bank" a annoncé hier la fermeture de ses agences de Crimée, ses statuts l'empêchant d'avoir des activités à l'étranger.

"Les clients de Crimée sont désormais concernés comme des étrangers" : reportage de Julie Pietri

Vladimir Poutine parlera de la Crimée ce mardi devant les deux chambres du Parlement russe réunies en séance commune. La Chambre des députés (Douma) doit publier le même jour une déclaration relative à l'approbation à une écrasante majorité lors du référendum de dimanche du projet de rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie.

Vers l'annexion de la Crimée par la Russie
Vers l'annexion de la Crimée par la Russie © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.