Vladimir Poutine avait estimé qu'il fallait prendre les "terroristes" de vitesse
Vladimir Poutine avait estimé qu'il fallait prendre les "terroristes" de vitesse © MaxPPP

L'aviation russe a mené ce mercredi ses premiers bombardements en Syrie à la demande du président Bachar al-Assad, Vladimir Poutine estimant qu'il fallait prendre les "terroristes" de vitesse et les frapper avant qu'ils ne viennent "chez nous".

Le ministère russe de la Défense a confirmé que l'aviation russe avait procédé à des "frappes de précision" en Syrie, détruisant notamment des "équipements militaires", des moyens de communication et des "stocks d'armes et de munitions" de l'organisation terroriste Etat islamique. Ces frappes interviennent avant le début d'une réunion au Conseil de sécurité des Nations unies, présidée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, sur la "menace terroriste", en premier lieu celle du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

La Russie assure que les frappes sont conformes au droit international

Vladimir Poutine a assuré que les bombardements russes étaient conformes au droit international puisqu'ils répondaient à une demande d'aide militaire formulée par la présidence syrienne, qui a confirmé qu'une lettre en ce sens avait été envoyée par Bachar al-Assad, à défaut d'une résolution à l'ONU. Les Etats-Unis, qui ont les premiers annoncé ces frappes russes, ont été nouvelle fois pris de vitesse.

Ces frappes ne changeront rien aux missions anti-Etat islamique de la coalition

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a d'ailleurs appelé son homologue russe Sergueï Lavrov pour se plaindre. Washington assurant par ailleurs que ces frappes ne "changeraient rien" aux missions anti-Etat islamique de la coalition. Mercredi matin, les sénateurs russes avaient approuvé à l'unanimité la demande du Kremlin d'autoriser le recours à un "contingent militaire" à l'étranger, dans un vote similaire à celui qui avait précédé l'envoi de forces spéciales russes dans la péninsule ukrainienne de Crimée peu avant son annexion en mars 2014.

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.