A Doma, des slogans anti Palestiniens inscrits
A Doma, des slogans anti Palestiniens inscrits © MaxPPP / Alaa Badarneh

Nouveaux affrontements en territoires palestiniens au lendemain d'une journée meurtrière. Trois jeunes Palestiniens sont morts, dont un bébé de dix-huit mois brûlé vif.

Nouveau regain de tension en Cisjordanie occupée. Tout est parti de cette attaque vendredi dans un village de Cisjordanie, près de Naplouse: Un bébé de dix-huit mois mort brûlé vif dans l'incendie de sa maison. Attaque attribuée à des colons extrémistes. Le soir même, des manifestations ont tourné aux affrontements avec les forces israéliennes.

Les attaques de colons ne sont pas rares en Cisjordanie. Des arbres arrachés, des jets de pierre, des dégradations de mosquées ou de bâtiments. Ces dernières années, un groupe s'est fait remarqué , ils se font appeler "le prix à payer", en référence aux inscriptions qu'ils laissent sur les bâtiments qu'ils attaquent. Ils sont au moins plusieurs dizaines, souvent jeunes, issus de la 2e génération de colons, ils n'ont parfois connu que les colonies de Cisjordanie. Ouvertement racistes, ces groupes mettent en avant leur foi religieuse, pour beaucoup la loi de Dieu est au-dessus de tout, notamment de la loi israléienne.

Une certaine impunité de la part des autorités israéliennes

Quand les Palestiniens portent plainte, pour agressions ou dégradations de la part des colons, dans 85% des cas, les plaintes sont classées sans suites. C'est la question de la colonisation qui est en cause.

Jean-Paul Chagnollaud, universitaire et spécialiste de la question palestinienne

Les défilés virent aux affrontements

Vendredi soir, un adolescent de 14 ans a été atteint à la poitrine par une balle de l'armée israélienne près de Ramallah. Il est décédé à l'hôpital plusieurs heures après. Selon un porte-parole de l'armée israélienne, le suspect aurait lancé une bombe incendiaire en direction des soldats. Un autre adolescent a été fauché par une balle de l'armée israélienne, cette fois à Gaza. Samedi après-midi, des dizaines de jeunes du camp de réfugiés de Jalazoun, en bordure de Ramallah, ont jeté des pierres sur des soldats qui répliquaient à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes et de tirs de balles de caoutchouc. Ailleurs en Cisjordanie occupée, des heurts ont éclaté dans différentes zones, des manifestations en réaction aux violences de la veille.

Les palestiniens sont usés par les incidents à répétition avec les colons. Nicolas Ropert s'est rendu à Doma

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a immédiatement dénoncé un "acte de terrorisme", un qualificatif très rarement utilisé par Israël lors d'attaques anti-palestiniennes, et ordonné "d'arrêter les meurtriers et de les traduire en justice".

Mahmoud Abbas doute de la bonne foi d'Israël

Benjamin Netanyahu a réitéré ses engagements lors d'un appel téléphonique au président palestinien Mahmoud Abbas. Toutefois celui-ci dit "douter qu' Israël mette en oeuvre une véritable justice" et accuse l'Etat hébreu d'être "le responsable direct" de la mort du bébé de 18 mois, en raison de"l'impunité" qu'il accorde aux "colons" que les Palestiniens ont accusé de ce crime. Les parents et le frère du bébé, âgé de 4 ans ont été grièvement blessés. Ils se débattent entre la vie et la mort dans un hôpital israélien, selon des médecins. Un quatrième blessé, une fillette selon certaines sources, est également hospitalisée.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.