Le populaire Premier ministre canadien Justin Trudeau est en visite ce dimanche en France pour célébrer le centenaire de la bataille de Vimy.

Justin Trudeau, le Premier ministre du cCanada, le 6 avril 2017
Justin Trudeau, le Premier ministre du cCanada, le 6 avril 2017 © AFP / ANGELA WEISS

Selon de nombreux Canadiens, l'offensive-éclair de Vimy (Pas-de-Calais) lors de la Première Guerre mondiale, est devenue un moment fondateur du Canada : le Premier ministre Justin Trudeau sera à la tête d'une importante délégation canadienne, aux côtés de Charles, le prince de Galles et de ses deux fils, William et Harry, ainsi que la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. Ils seront aux cotés du Président français François Hollande et du Premier ministre Bernard Cazeneuve.

"Le Kennedy canadien"

Il est jeune (45 ans), beau, athlétique, ancien boxeur, "cool" et affiche une photo de famille "parfaite" : une jolie femme ex-animatrice télé, trois enfants mais aussi un père (Pierre Elliott Trudeau mort en 2000) ancien Premier ministre canadien qui, déjà, avait tenté de se libérer du joug des voisins Américains. Il affiche une image d'homme décontracté, une nouvelle manière de faire de la politique.

Pro-légalisation du cannabis, pro-mariage pour tous et pour l'accueil des réfugiés

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau présentera un projet de loi dans les prochaines semaines pour que le cannabis à usage récréatif soit légalisé le 1er juillet 2018. Lui même a admis avoir déjà fumé du cannabis.

Trudeau s'est par ailleurs régulièrement prononcé en faveur du mariage pour tous, et a défilé plusieurs fois à la marche des fiertés.

Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, à la marche des fiertés de Montréal en 2016
Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, à la marche des fiertés de Montréal en 2016 © AFP / CITIZENSIDE / Cristian Mijea / Citizenside

En défilant à la Marche des fiertés de 2016, le Premier ministre canadien est entré dans l'Histoire, devenant le seul chef de gouvernement ou chef d'État d'un pays du G7 à participer à un défilé LGBT. Justin Trudeau marche ainsi sur les traces de son père, alors Premier ministre, qui a légalisé le divorce et décriminalisé l'homosexualité et l'avortement en 1969, et aboli la peine de mort.

Il s'oppose à Donald Trump

Le 28 janvier 2017, immédiatement après l'annonce de Donald Trump de prendre un arrêté interdisant l'accès des Etats-Unis aux réfugiés de certains pays musulmans, Justin Trudeau réitère la tradition d'accueil du Canada :

Justin Trudeau s'est également toujours présenté comme sensible à la question du réchauffement climatique et à la défense de l'environnement, affirmant qu'économie et protection de l'environnement peuvent aller ensemble. Pourtant, il a applaudi des deux mains à l'autorisation finalement accordée à la construction de l'oléoduc géant Keystone XL entre le Canada et les États-Unis, pour acheminer le pétrole canadien aux USA.

Fervent partisan du libre-échange, Trudeau a pendant la campagne électorale américaine, mis en garde contre la tentation du "repli" et du "protectionnisme". Et il a rappelé avec force que "des millions de bons emplois des deux côtés de la frontière" dépendaient d'une circulation sans heurts des biens et des personnes.

Il doit aussi essuyer des critiques

Même s'il a baigné dans la politique tout petit grâce à son père, Justin Trudeau est entré en politique très tard. Il était auparavant enseignant. De nombreuses voix se sont élevées lors de son élection en 2016 pour rappeler qu'il était novice en la matière, et pour le qualifier de"fils à papa". Son patronyme a tout de même marqué l'histoire du Canada.

Par ailleurs, Trudeau défend le multiculturalisme, ce qui fait craindre à de nombreux Canadiens attachés à leurs spécificités culturelles ou linguistiques de perdre leur identité.

Enfin, Trudeau a appuyé l'offensive militaire lancée par les États-Unis jeudi soir contre une base aérienne en Syrie.

Le Canada appuie pleinement l'intervention limitée et ciblée que les États-Unis ont menée pour affaiblir la capacité du régime Assad de perpétrer des attaques aux armes chimiques contre des civils innocents, dont de nombreux enfants.

► ALLER PLUS LOIN | La communauté internationale divisée par les bombardements américains

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.