Le massacre de Las Vegas faisant 58 morts et 500 blessés a bouleversé les Etats-Unis. Même le lobby des armes et les Républicains acceptent de bouger (un peu) sur la législation.

L'épouse et le fils d'un policier assassiné lors de la tuerie à las Vegas
L'épouse et le fils d'un policier assassiné lors de la tuerie à las Vegas © AFP / Robyn Beck

Y'aura-t-il un avant et un après Las Vegas ? La question s'était déjà posée lors de la tuerie de Newtown en 2012 qui avait fait 27 morts dont 20 enfants de six et sept ans dans l'école Sandy Hook. Barack Obama avait tenté de durcir la législation sur les armes à feu. Les pro-régulation y avaient cru. Mais les élus Républicains avaient bloqué la réforme au Congrés et rien n'a été fait. Car la puissante N.R.A., qui finance une grande majorité de politiques, et qui a financé la campagne de Donald Trump, et le Parti républicain se sont toujours opposés à tout contrôle sur les armes à feu.

Au contraire, plusieurs Etats ont voté des lois sur les armes à feu encore plus permissives !

Ainsi, dans le Tennessee les habitants peuvent désormais garder une arme chargée dans leur véhicule. Au Texas, les étudiants peuvent être armés de partout sur le campus, sauf sur les stades. Alors que dans l'Ohio, les armes peuvent être portées dans les aéroports et les garderies.

Une étude menée par la Harvard Business School tend même à démontrer qu'une tuerie de masse entraine automatiquement une hausse du nombre de propositions de loi sur le sujet dans l'année. et dans les Etats républicains, une tuerie augmente le nombre de lois réduisant les restrictions de 75 % ! Dans les Etats démocrates, les tueries de masse n'ont pas d'effet significatif sur les lois sur les armes.

Vers une infime avancée

Cette fois-ci, les avancées sont notables, même si elles sont pour l'instant infimes. Car dans la nuit de dimanche à lundi, il y a eu Las Vegas. Le tireur qui a abattu 58 personnes du 32 ème étage de sa chambre de l'hôtel-casino Mandalay Bay était sur-armé. Il avait 23 armes avec lui, dont 12 qu'il avait modifiées pour en faire des armes automatiques. Pour les transformer, il avait utilisé un équipement appelé "bump stock " qui permet de faire d'un fusil une arme tirant des balles à la vitesse d'une mitraillette, soit des centaines de balles par minute. On transforme ainsi une arme semi-automatique en arme automatique.

Etats-Unis : un "bump stock" peut s'attacher à un semi automatique pour augmenter la vitesse de tir
Etats-Unis : un "bump stock" peut s'attacher à un semi automatique pour augmenter la vitesse de tir © AFP / George Frey

Petit à petit, une quinzaine de républicains se sont rangés du coté d'une modification de la législation sur les armes. parmi eux : Paul Ryan, le président de la Chambre des représentants, le leader de la majorité républicaine à la chambre des représentants Kevin McCarthy (R-Calif.) et le président de la commission de la justice à la chambre des représentants Bob Goodlatte ont tous estimé que les élus devaient reconsidérer les textes sur ces équipements. Paul Ryan a même déclaré :

Avant la tuerie de las Vegas, je ne savais pas ce qu'était cet équipement

Ces élus possèdent souvent eux mêmes des armes à feu et sont d'ardents défenseurs du Deuxième amendement de la Constitution mais ils n'utilisent pas, eux mêmes, de bump stock. Pas difficile donc pour eux de faire ce petit pas en avant qui peut donner l'illusion d'un contrôle plus strict. De nombreux élus républicains ne veulent pas s'opposer au lobby des armes, tant ils ont peur pour leur siège. Mais l'opinion publique a aussi son importance dans la bataille électorale qui s'annonce pour les élections de mi-mandat en 2018. Des lois plus strictes, voire une interdiction des bump stocks pourrait éviter les critiques selon lesquelles ils n'ont rien fait après Las Vegas.

Et Donald Trump a déclaré que son administration allait étudier la pertinence d'une interdiction de ce dispositif.

Cela dit, pour l'instant, rien n'est proposé sur un meilleur contrôle des acheteurs, ou sur un croisement des fichiers d'identité entre les différents Etats. Stephen Paddock, le tueur de Las Vegas, avait ainsi acheté légalement plus de 40 armes dans quatre Etats différents sans que personne ne s'en émeuve.

Cet équipement serait légal au regard de la loi fédérale sur les armes à feu. Car depuis les années 30, les armes automatiques, sont très réglementées, et même interdites dans la majeure partie des cas. Dans un communiqué, le lobby des armes, la N.R.A. (National Rifle Association) propose :

La N.R.A. pense que cet équipement devrait faire l'objet d'une réglementation supplémentaire

Certains changent d'avis

Le guitariste Caleb Keeter, sur scène lors du concert en face du Mandalay Bay où les personnes ont été tuées, était un fervent défenseur du port d'armes, comme une grande majorité des fans de musique country.

Nous devons mieux contrôler les armes MAINTENANT. Mon regret est que je ne réalise ça que parce que nos vies ont été menacés, mes amis et moi.

Etats-Unis : Caleb Keeter (second à gauche) le musicien pro-armes qui change d'avis après Las Vegas
Etats-Unis : Caleb Keeter (second à gauche) le musicien pro-armes qui change d'avis après Las Vegas © AFP / Jason Merritt / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Ruptures de stock

Aux Etats-Unis, quatre ménages sur 10 possèdent une arme à feu.

Dès le lendemain de la tuerie, les armureries et autres sites vendant des armes se sont retrouvés en rupture de stocks pour les "bump stocks". Les acheteurs se sont rués sur le produit, de peur de le voir bientôt interdit.

Mais a contrario, certains magasins, comme le réseau numéro 1 de grande distribution Walmart, ont décidé de le retirer de la vente après la tuerie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.