Six gendarmes tunisiens ont été tués mercredi dans des heurts avec des activistes au moment où devaient s'ouvrir les négociations entre le gouvernement islamiste et l'opposition pour mettre fin à la crise et organiser la transition politique.

L'adjudant Anis Salih est mort, Olivier Poujade a rencontré sa famille

1 min

L'adjudant Anis Salih est mort, Olivier Poujade a rencontré sa famille

La soeur du gendarme Anis Salhi
La soeur du gendarme Anis Salhi © REUTERS/Mohamed Amine ben Aziza / REUTERS/Mohamed Amine ben Aziza

Les négociations ont été reportées, et l'opposition a même indiqué qu'elle envisage de renoncer à y participer.

Le puissant syndicat UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens), qui fait office de médiateur, espère toujours qu'elles commenceront aujourd'hui. Hier, les obsèques des gendarmes tués ont donné lieu a de nombreuses manifestaitons à Sidi Bouzid, au Kef et à Kasserine. Au Kef, des manifestants ont même incendié le local du parti islamiste Ennahda.

Le ministère de l'Intérieur tunisien a annoncé la découverte d'une voiture piègée "prête à exploser" à Sidi Ali Ben Aoun, dans la région de Sidi Bouzid, où avaient été tués les gendarmes.

L'opposition réclame toujours la démission du gouvernement.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.