La tension règne en Algérie autour de la personne du président Bouteflika.
La tension règne en Algérie autour de la personne du président Bouteflika. © Reuters

Manuel Valls s'envole ce samedi pour l'Algérie, une visite de deux jours à très haut niveau puisqu'il est accompagné d'une dizaine de ministres. Cette visite est dominée par des questions économiques et sécuritaires. Mais elle démarre par un couac diplomatique.

Après le refus de l'Algérie d'accorder des visas à des journalistes de la délégation, le Monde et Canal Plus, une partie des médias représentés, dont France-Inter et France-Culture, ont décidé de boycotter ce voyage au nom du respect de la liberté d'informer.

Mettre en lumière l'importance de la relation franco-algérienne

C’était une visite censée mettre en lumière l'importance de la relation franco-algérienne et voilà que ce bras de fer médiatique et diplomatique éclaire au contraire toute la tension qui règne en Algérie autour de la personne du président Bouteflika.

C'est une photo qui a mis le feu aux poudres. Une photo du président Abdelaziz Bouteflika dans le journal Le Monde pour illustrer un article sur les révélations des Panama Papers, révélations qui mettraient en cause des personnalités proches du pouvoir algérien.

Valls, une centaine d'entreprises française et dix ministres

Colère à Alger qui après avoir convoqué l'ambassadeur de France a donc refusé vendredi d'accorder un visa aux journalistes du Monde et à ceux du Petit Journal de Canal Plus dont la couverture de la dernière rencontre entre Abdelaziz Bouteflika et François hollande avait été fort peu appréciée par l'Algérie.

Manuel Valls a regretté la décision du pouvoir algérien. Le Premier ministre est accompagné d'une centaine d'entreprises françaises et de dix ministres, dont Emmanuel Macron et Bernard Cazeneuve. Cette visite comporte de très gros dossiers économiques, des partenariats, des implantations d'entreprises et un très important volet sécuritaire en particulier au sujet de la coopération dans a lutte contre le terrorisme djihadiste.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.