laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak
laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak © reuters

François Hollande et Bernard Cazeneuve avaient entamé le processus de normalisation des relations avec le pays en février, le ministre des Affaires étrangères le poursuit avec une visite de deux jours. Paris et Rabat étaient brouillés depuis près d'un an.

La cause de cette brouille ? Un incident diplomatico-judiciaire. En février 2014, un juge français avait convoqué le patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, après une plainte en France pour torture. L'intéressé puis son pays avaient exprimé leur indignation, avant de rompre sine die les relations diplomatiques et surtout la coopération judiciaire avec Paris. Une situation qui n'avait jusqu'ici pas particulièrement gêné l'exécutif français.

Sauf que depuis, il y a eu les attentats de Paris. Et à nouveau, la France a cruellement besoin de l'aide des renseignements marocains pour lutter contre le terrorisme international.

Refaire du Maroc un allié

D'où une offensive diplomatique massive depuis un mois pour mettre fin à la fâcherie. François Hollande, le premier, avait sifflé le début de la réconciliation le 9 février, en rencontrant à l'Élysée le roi Mohammed VI. Restait à convaincre le reste des responsables marocains, et en premier lieu Abdellatif Hammouchi lui-même. C'est Bernard Cazeneuve qui, mi-février, a effectué une visite officielle. Cerise sur le gâteau diplomatique : l'annonce d'une prochaine promotion du patron du contre-espionnage marocain, destiné à devenir prochainement Officier de la Légion d'Honneur (il en était Chevalier depuis 2011).

Dernière étape : une visite officielle de deux jours de Laurent Fabius à Rabat, qui se conclura mardi après-midi par une conférence de presse commune avec son homologue marocain, le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar. Les discussions porteront évidemment sur le combat contre le terrorisme et la prévention de la radicalisation, mais aussi sur la lutte contre le dérèglement climatique. Idéal pour réchauffer les relations entre les deux pays.

Les explications d'Anna Ravix à Rabat

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.