laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak
laurent fabius appelle à un gouvernement d'union nationale en irak © reuters

Dans le cadre d'une tournée au Proche-Orient, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius est aujourd'hui en Israël. Il rencontrera ensuite lundi à Luxembourg son homologue iranien Mohammad Javad Zarif pour discuter des négociations sur le nucléaire.

En Israël ce dimanche , le ministre des Affaires étrangères tentera de promouvoir une relance du processus de paix "à la française" après l'échec américain.

Après un passage en Jordanie, le chef de la diplomatie française se rendra dimanche après-midi à Ramallah où il rencontrera le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas puis à Jérusalem où une réunion est prévue avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. La marge de manoeuvre de la France est mince mais "il faut agir", souligne-t-on à Paris.

"Il faut changer de méthode" : reportage en Israël de Sébastien Laugénie

1 min

"Il faut changer de méthode" : reportage en Israël de Sébastien Laugénie

L'objectif pour Paris est de convaincre ses partenaires de mettre la pression sur les deux camps afin de les convaincre de revenir à la table des négociations.

Le cas du nucléaire iranien

Lundi, l'entretien entre Laurent Fabius et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif sera suivi d'une réunion entre le chef de la diplomatie iranienne et l'ensemble des Européens impliqués dans les négociations avec Téhéran (Allemagne, Grande-Bretagne, France et Union européenne).

Selon une source diplomatique française :

On va voir si on a avancé ou reculé. Il reste beaucoup de travail pour parvenir à un accord solide que nous souhaitons.

Le groupe 5+ 1 (Grande-Bretagne, Chine, France, Russie, Etats-Unis, plus l'Allemagne) et l'Iran ont jusqu'au 30 juin pour trouver un accord définitif réglant la crise du nucléaire iranien, dans la foulée de l'accord-cadre trouvé le 2 avril. La France est réputée pour tenir une ligne plus dure que ses partenaires dans le cadre de ces négociations.

Selon la source diplomatique, les pays du G5+1 n'envisagent pas une prolongation à long-terme des pourparlers et concentrent leurs efforts pour aboutir à un accord autour du 30 juin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.