Contrôle de l'armée frabçais en Centrafrique
Contrôle de l'armée frabçais en Centrafrique © REUTERS/Andreea Campeanu / REUTERS/Andreea Campeanu

Trois semaines après le feu vert de l'ONU à l’intervention française Sangaris, de nombreux tirs, parfois à l'arme lourde traversent la capitale Bangui. Il y a eu des règlements de comptes, faisant plusieurs morts. De nombreux habitants ont pris la fuite.

Hier, pendant toute la journée, des tirs d'origine indéterminée ont semer la panique dans les quartiers nord de la capitale puis près de l'aéroport, provoquant la fuite de milliers de personnes. Plus tôt dans la journée, un porte-parole de la Misca avait annoncé que le contingent tchadien allait être redéployé et quitterait prochainement Bangui. Les 850 soldats tchadiens restent omniprésents dans la capitale. Ils sont suspectés de prendre fait et cause pour les sélékas musulmans. Hier, cinq d'entre eux sont morts.

Jeudi matin, un calme précaire est revenu à Bangui et les artères menant à l'aéroport ont été largement investies par l'armée française. De nombreux véhicules blindés et de transport de troupes bordent les avenues. Des soldats français menaient des opérations de fouille dans la zone.

La situation jeudi à 13h à Bangui. Le reportage de Jérôme Jadot

Après un court répit, les violences ont repris dans la capitale en fin de semaine dernière, montant en puissance au fil des jours. Les soldats français de Sangaris et les troupes de la Misca peinent à éteindre l'incendie qui continue de couver, dans une ville toujours minée par les haines confessionnelles. Beaucoup de chrétiens, victimes pendant des mois des exactions des Séléka, ont soif de vengeance contre les ex-rebelles et les civils musulmans qui leur sont désormais associés.

Des alliés pas toujours fiables, un conflit politique et religieux, pourtant, le général Vincent Desportes, ancien commandant de l'Ecole militaire à Paris ne pense pas que la France soit dans un bourbier.

La France est dans une situation difficile [...] On a des pics des violences.

Les troupes française dans Bangui
Les troupes française dans Bangui © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.