102 ans après son ouverture, le Panama inaugure un nouveau canal au terme d'un chantier titanesque.

Essai, quelques jours avant l'inauguration officielle du nouveau canal de Panama
Essai, quelques jours avant l'inauguration officielle du nouveau canal de Panama © Maxppp / ALEJANDRO BOLIVAR

C'est un gigantesque porte-conteneur chinois, "Cosco Shipping", qui a été tiré au sort pour inaugurer ce dimanche la troisième voie du canal de Panama devant une douzaine de chefs d'Etat et de gouvernement. Plus large et plus profond, ce nouveau passage a demandé neuf ans de travaux et près de 6 milliards d'euros.

Malgré une administration panaméenne corrompue et parfois peu coopérative, des conflits sociaux et juridiques, le consortium espagnol, belge et italien chargé du chantier est parvenu à des prouesses techniques. Il a fallu couler 5 millions de mètres cubes de béton, et utiliser 290 000 tonnes d'acier pour construire ces écluses ultra-modernes en respectant un cahier des charges rigoureux: obligation de doubler chaque élément du nouveau canal, et préservation de la faune et la flore en replantant ailleurs les 500 hectares déboisés.

Ce nouveau canal doit redynamiser une route maritime qui représente 5% du trafic maritime mondial, avec les Etats-Unis et la Chine comme principaux clients. Désormais, les "géants des mers" les plus modernes, d'une capacité de 13 000 conteneurs, peuvent traverser Panama. Une manne pour le pays, qui espère engranger 6 milliards de dollars par an en 2025.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.