attentats meurtriers dans des quartiers chrétiens à bagdad
attentats meurtriers dans des quartiers chrétiens à bagdad © reuters

L'archevêque de Lyon est parti dimanche pour l'Irak où il souhaite être "un messager de paix" auprès des chrétiens d'Irak, victimes des exactions des djihadistes de l'État islamique.

La France doit saisir la Cour Pénale internationale concernant les exactions contre les Chrétiens d'Irak. C'est la demande de plusieurs parlementaires qui ont adressé une lettre ouverte à François Hollande samedi. La France, comme le Conseil des Nations Unies, ont condamné les persécutions des minorités par les djihadistes de l'Etat Islamique, qui contrôle une partie de l'Irak et de la Syrie.Depuis une semaine, les chrétiens ont fui en masse Mossoul, la deuxième ville irakienne, après un ultimatum des djihadistes de l'État islamique (EI) leur donnant quelques heures pour quitter les lieux. Seules quelques familles chrétiennes y subsisteraient, contre 35.000 personnes il y a dix ans.

Mobilisation dimanche à Paris

Dimanche, à Paris, des élus, des religieux et des croyants, membres de la communauté assyro-chaldéenne notamment, se sont rassemblés devant Notre-Dame de Paris en soutien aux chrétiens d'Orient. Parmi eux figuraient des prêtres, des parlementaires et élus d'Île-de-France (les UMP Rachida Dati, Nathalie Kociusko-Morizet, Roger Karoutchi, Claude Goasguen, le PS Philippe Kaltenbach...), le grand rabbin parisien Olivier Kaufmann et de nombreux fidèles et jeunes arborant bleu, blanc et rouge de la communauté assyro-chaldéenne, venus notamment de Sarcelles (Val-d'Oise) ou des environs. Beaucoup portaient sur des pancartes ou des autocollants le "n" arabe signifiant "nazaréen", la lettre peinte sur les maisons des chrétiens de Mossoul depuis que les jihadistes de l'État islamique en ont pris le contrôle.

"Tes frères se font tuer, et toi, que fais-tu"

A Lyon, il étaient 500, selon la police, à se rassembler en guise de soutien. Ce rassemblement était organisé par un collectif assyro-chaldéen, soutenu par le diocèse de Lyon. Des représentants du culte musulman, dont le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane étaient également présents, de même que plusieurs élus dont le député UMP Philippe Cochet ou le responsable départemental du FN Christophe Boudot. Les participants, qui portaient sur le torse le sigle signifiant "nazaréen", étaient rassemblés derrière des banderoles proclamant en français et en anglais: "Tes frères se font tuer, et toi, que fais-tu".Parmi les manifestants, l'archevêque de Lyon. Philippe Barbarin s'est envolé dimanche soir pour l'Irak, où il doit rencontrer des familles de réfugiées chrétiens.Il est accompagné de Mgr Dubost (évêque d'Évry) et Mgr Gollnisch (directeur général de l'OEuvre d'Orient).

Le Cardinal Barbarin répond à Mathilde Dehimi

Nous voulons passer du temps avec des personnes expulsées de chez elles

Les combats en Irak auraient fait au moins 600.000 déplacés toutes religions confondues

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.