silvio berlusconi perd son siège de sénateur
silvio berlusconi perd son siège de sénateur © reuters

Le Sénat italien a finalement voté pour l'éviction de Silvio Berlusconi de la chambre haute. Une décision qui fait suite à à sa condamnation pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset. Peu avant le vote, le Cavaliere avait évoqué un "jour de deuil".

Car le vote était attendu : les élus du Parti démocrate d'Enrico Letta et ceux du Mouvement 5 Etoiles de Beppe Grillo avaient fait savoir qu'ils se prononceraient pour la déchéance du sénateur. Alors, avant même l'annonce de sa destitution, Silvio Berlusconi disait, main sur le coeur, sa colère devant ses partisans.

C'est un jour de deuil pour la loi, le droit, la démocratie. La magistrature communiste a ouvert la route à la conquête du pouvoir par la gauche. Aucun leader politique n'a jamais subi une persécution comme celle que j'ai vécue.

Bien entendu, il ne précise pas que la décision était surtout rendue nécessaire par une loi adoptée l'an dernier, qui stipule que les responsables politiques reconnus coupables de graves infractions pénales ne peuvent plus siéger au Parlement. Le Sénat était censé confirmé ou non l'expulsion du condamné Berlusconi.

Le président de la République lui-même a lâché l'ancien chef du gouvernement. Il a renoncé à gracier Silvio Berlusconi, l'exhortant à faire profil bas et à "ne pas mener de contestation au-delà des limites qu'impose le respect des institutions et de la loi".

Peu de chances que le Cavaliere suive son conseil : il se montre plus combattif que jamais depuis plusieurs mois, mençant même à deux reprises de renverser la coalition gouvernementale pour éviter son exclusion du Sénat.

Silvio Berlusconi évincé de son siège de sénateur
Silvio Berlusconi évincé de son siège de sénateur © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.