Le champion du monde de go, le sud-coréen Lee Sedol doit affronter un programme d'intelligence artificielle fabriqué par Google
Le champion du monde de go, le sud-coréen Lee Sedol doit affronter un programme d'intelligence artificielle fabriqué par Google © Reuters

Pour la première fois, le meilleur joueur mondial de go se mesure à AlphaGo, un programme développé par Google.

Il y a presque 20 ans, le russe Garry Kasparov , à l’époque champion du monde d’échec, échouait face à Deep Blue , l’ordinateur créé par IBM .

Cette fois, c’est le champion du monde de go, le sud-coréenLee Sedol , qui se mesure à AlphaGo : en octobre dernier, ce programme d’algorythmes fabriqué par Google avait déjà battu à plates coutures le meilleur joueur européen de jeu de Go, Fan Hui. Ce dernier, un français d’origine chinoise, a été vaincu 5 points à 0, et se retrouve cette fois à arbitrer la rencontre.

Je suis le premier joueur professionnel de go à avoir été battu par un programme informatique. C'était dur. Mais à présent, cela fait cinq mois. Je me sens déjà beaucoup mieux. (Fan Hui, champion européen de go battu par AlphaGo en octobre 2015 à Londres)

Si Lee Sedol remporte le tournoi de Séoul, il pourrait empocher un million de dollars . Le champion du monde de go, qui se montrait confiant il y a encore quelques jours quant à ses chances de battre la machine, a finalement émis quelques réserves, quand il a découvert les dessous du programme d'algorythmes, expliqué par ses concepteurs.

Et la première manche de ce tournoi lui a donné raison : AlphaGo vient bien de remporter, mercredi matin, la première manche de ce tournoi, que l'on pouvait suivre en direct sur Internet.

La première manche du tournoi Lee Sedol vs AlphaGo, à revoir ici :

Neurones artificiels

Le programmeAlphaGo utilise une méthode d’apprentissage automatique, basée sur une couche de neurones artificiels, chargés d’imiter ceux du cerveau de l’homme . Cette méthode, quand elle s’ajoute à la puissance de calcul des machines et leur capacité considérable de stockage de données, devient un atout redoutable pour gagner au jeu de go, jeu de stratégie inventée en Chine il y a trois millénaires , et basé sur une multitude de combinaisons très complexes.

Méfiance des scientifiques

Pourtant, si beaucoup de chercheurs sont curieux de savoir qui, de l’homme ou de la machine, pourrait l’emporter pendant cette partie cruciale de jeu de go, de nombreux scientifiques s’interrogent aussi sur les risques éventuels que pourraient entrainer lavictoire d’une intelligence artificielle sur l'être humain , dans un monde où la puissance des ordinateurs double tous les deux ans : le britannique Stephen Hawking estime même que d’ici un siècle à peine, les ordinateurs seront devenus plus intelligents que les humains.

Le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine (Stephen Hawking, physicien)

►►►Olivier teytaud est chercheur à L'INRIA ( Institut National de Recherche en Informatique), où il a développé des logiciels d'intelligence artificielle. Il explique à Sophie Becherel comment Google est parvenu à ce résultat: 20 personnes à temps plein pour assembler des bouts de logiciels, une performance.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.