Après un an d'absence médiatique, Abou Bakr al-Baghdadi est réapparu dans une vidéo diffusée sur des comptes de djihadistes pro-EI. Dans le même temps, son mouvement recule en Irak et en Syrie.

Abou Bakr al-Baghdadi  est réapparu dans une vidéo diffusée sur des comptes de djihadistes pro-ei.
Abou Bakr al-Baghdadi est réapparu dans une vidéo diffusée sur des comptes de djihadistes pro-ei. © AFP / AL-FURQAN MEDIA

Dans son message diffusé mercredi sur Telegram par des comptes pro-EI, Abou Bakr al-Baghdadi invite ses partisans à poursuivre le "jihad". Il s’agirait de son premier enregistrement en près d'un an, puisque le dernier message sonore attribué au chef de l'EI remontait au 28 septembre 2017. 

Le "calife" auto-proclamé appelle comme habituellement à "frapper pour terroriser". Abou Bakr al-Baghdadi réapparaît alors que l'EI est acculé en Syrie et a été chassé de tous les centres urbains d'Irak. 

Par ailleurs dans ce message, il revendique la fusillade survenue fin juillet à Toronto, au Canada, dont l'EI a déjà dit être responsable mais au sujet de laquelle la police locale s'est montrée circonspecte. Abou Bakr al-Baghdadi, serait donc encore vivant et se trouverait en territoire syrien, le long de la frontière avec l'Irak, selon des responsables irakiens. 

Les Etats-Unis ont offert 25 millions de dollars pour la capture du chef de l'EI. Après une vaste opération militaire des forces irakiennes, l'EI n'aurait plus que des cellules dormantes clandestines en Irak.  

En Syrie, l'EI n'est plus présent que dans certaines zones désertiques du centre et de l'est du pays en guerre. À Mossoul, deuxième ville d'Irak, Baghdadi avait fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée al-Nouri, qui depuis a été détruite. 

L'EI a commis des attentats en Syrie et en Irak. Il a aussi revendiqué des attaques en Asie, aux Etats-Unis et en Europe. Malgré ses importants revers en Syrie et en Irak, il a commis en juillet des attaques meurtrières en Syrie qui ont fait plus de 250 morts. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.