Berlusconi IDE
Berlusconi IDE © IDE

Le gouvernement italien doit faire face à une série de problèmes. Enrico Letta qui dirige la coalition de centre gauche a réaffirmé que l'Italie avait besoin d'un gouvernement stable. Beaucoup de choses dépendent désormais de l'attitude de Berlusconi.

Silvio Berlusconi a été condamné à une peine de prison pour fraude fiscale dans le dossier Mediaset. Il a été l'objet d'une trentaine de procès en une vingtaine d'années de carrière politique sans avoir été condamné. Etant donné son âge, 76 ans, "il Cavaliere" n'ira pas en prison mais sera plutôt assigné à résidence.

La Cour de cassation a demandé un réexamen de l'interdiction prononcée en appel d'occuper un poste officiel pendant cinq ans, ce qui lui permet de conserver, dans l'immédiat, son poste de sénateur. Il risque toutefois fort de le perdre - ce qui se décidera probablement au mois de septembre.

Jusqu'à présent, Silvio Berlusconi n'a pas laissé entendre qu'il souhaitait faire tomber le gouvernement en place pour engager le pays dans de nouvelles élections. Enrico Letta est au pouvoir depuis seulement trois mois, à la tête d'une grande coalition qui réunit le Parti démocratique (PD, gauche) et le Peuple de la liberté (PDL, droite) de Berlusconi.

Il a fait comprendre qu'il entendait poursuivre ses activités politiques et militer pour une réforme du systèmejudiciaire, alors même que court la rumeur selon laquelle sa fille Marina pourrait lui succéder à la tête de son parti. L'ancien ministre de la Justice Nitto Palma s'est entretenu avec Silvio Berlusconi :

Cette condamnation n'affectera pas le gouvernement Letta qui a été constitué pour servir le pays et qui continuera à le servir.

Les précisions de Thomas Chabolle

L'appel au calme de la présidence

la condamnation de berlusconi ajoute à l'incertitude politique
la condamnation de berlusconi ajoute à l'incertitude politique © reuters

"Le Cavaliere", lui, a réagi par l'indignation , affirmant que la justice n'avait cessé de le persécuter depuis son entrée en politique voilà deux décennies. "Personne ne peut comprendre la violence qui est dirigée contre moi", a dit Berlusconi dans un message vidéo diffusé par la télévision après l'annonce du jugement de la cour. "Il s'agit d'une véritable campagne d'agression sans équivalent", a-t-il ajouté.

Alors que des millions d'Italiens s'apprêtent à partir en vacances et que le parlement va observer son habituelle trêve estivale,il est peu probable de voir se déclencher dans l'immédiat une crise gouvernementale capable de déboucher sur des élections anticipées. En revanche, l'incertitude est de mise pour les événements attendus à la rentrée. Un accord sur des réformes épineuses comme les privatisations attendues à l'automne sera difficile et beaucoup de choses dépendront du PDL .

L'arrêt de la Cour de cassation résonne comme un coup de tonnerre dans le ciel politique italien. Outre la condamnation pour fraude fiscale,Berlusconi doit également répondre d'une condamnation pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure , Ruby, dans une affaire de prostitution lors d'une de ses célèbres soirées "bunga bunga".

Le président Giorgio Napolitano, qui pourrait convoquer de nouvelles élections en cas d'explosion de la coalition, a appelé au calme, précisant que le pays avait besoin de "sérénité et de cohésion" alors que la crise économique continue de faire sentir ses effets :

Pour le bien du pays, il est nécessaire que, dans le respect du légitime débat interne entre les forces politiques, un climat de calme et de soutien à nos institutions garantisse que les intérêts de l'Italie prévalent sur les intérêts partisans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.