On connaissait le compostage des végétaux et des aliments. Voici un compostage d'un nouveau genre, puisqu'il s'agit de déchets humains. 3,5 milliards de couches bébé sont jetées chaque année en France, des montagnes de déchets non recyclables. Une jeune start-up mène une expérimentation auprès des crèches.

3,5 milliards de couches bébé sont jetées chaque année en France. Et si on s'en servait plutôt pour enrichir nos sols ?
3,5 milliards de couches bébé sont jetées chaque année en France. Et si on s'en servait plutôt pour enrichir nos sols ? © AFP / Hans Lucas / Riccardo Milani

La crèche rue Bleue, dans le neuvième arrondissement de Paris, fait partie de la dizaine de crèches qui participent à l'expérimentation "Les Couches fertiles". 

La directrice Séverine Fonteneau a rapidement été convaincue par ce projet qui expérimente leur compostage car ces couches souillées représentent le gros de ses poubelles : "Tout de suite ça nous a paru un évidence, sur une journée on doit être à environ 150 couches utilisées. Faites le calcul sur un mois". 

D'autant que l'expérimentation n'a pas nécessité de grands changements dans la façon de travailler au sein de la crèche puisque le personnel est déjà habitué à jeter les couches usagées à part, dans des bacs spéciaux pour des questions d'odeur et d'hygiène. 

Les bacs à couches usagées sont collectées trois fois par semaine

la cinquantaine d'enfants de la crèche sont changés 3 ou 4 fois par jour.
la cinquantaine d'enfants de la crèche sont changés 3 ou 4 fois par jour. © Radio France / sandy dauphin

Trois fois par semaine, les couches souillées sont collectées avant d'être acheminées à quelques kilomètres des crèches, sur l’Île Saint-Denis (En Seine-Saint-Denis), où les Alchimistes ont installé un site de compostage. 

Cette start-up spécialisée dans le compostage micro-industriel en circuit court a lancé ce projet de valorisation des couches bébé il y a trois ans, car Maïwen Mollet, responsable du projet "Les Couches fertiles", était effarée par une statistique : en France, on jette 3,5 milliards de couches bébé par an

"On ne sait pas quoi en faire donc elles partent à l'incinération ou à l'enfouissement où elles mettront plus de 400 ans pour se dégrader, explique Maïwen Mollet, donc au départ notre idée c'était de chercher une solution. On est arrivé assez naturellement sur le compostage parce que dans une couche il y a beaucoup de matière organique, le pipi, le caca, la cellulose sont biodégradables et peuvent permettre un retour au sol des nutriments, dont ces mêmes sols ont besoin".

Trois étapes vers le compost

Première étape : les couches sont acheminées par tapis roulant dans une machine broyeuse. Un prototype qui va extraire la matière fécale et l'urine de la couche et se débarrasser du plastique.  

75% de la couche bébé est biodégradable : la matière organique et la cellulose. le reste est souvent du plastique.
75% de la couche bébé est biodégradable : la matière organique et la cellulose. le reste est souvent du plastique. © Radio France / Sandy Dauphin

À la sortie de la machine, la matière organique (appelée la pulpe) est collectée et prête à être compostée. La matière organique est mélangée à des déchets alimentaires, notamment du café et du broyat de bois, puis placée un composteur-électromécanique pendant 10 jours.

Le compostage se fait par un procédé semi-industriel
Le compostage se fait par un procédé semi-industriel © Radio France / Sandy Dauphin

Amandine Kemel, stagiaire, étudiante à agroParisTech, école d'ingénieurs-agronomes, surveille le processus : "Dans ce composteur-électromécanique, il y a une pale qui vient régulièrement retourner la matière pour l'aérer. Car le processus de compostage utilise beaucoup de bactéries qui ont besoin d'oxygène". Lors de cette phase compostage, la température monte à 70°C degrés. 

Au final, le compost issu de déchets humains ressemble à ça.

Le compost final. Il va "maturer" pendant 5 à 6 semaines
Le compost final. Il va "maturer" pendant 5 à 6 semaines © Radio France / Sandy Dauphin

S'assurer de l'absence de risques sanitaires 

Aujourd'hui en France, la vente de ce compost de couches bébé est interdit. La norme autorise en effet le compost issu de déchets alimentaires ou des déchets verts, mais pas des déchets humains. 

La raison est sanitaire mais Maïwen Mollet espère que cette barrière réglementaire sera bientôt levée : "Ce sera plus simple quand on aura clôturé notre projet de recherche et qu'on aura toutes les réponses qui rassureront les décideurs"

Les rassurer notamment sur l'absence de risque sanitaire d'avoir des pathogènes (issus des selles humaines) qui se retrouveraient dans la nature. Depuis trois ans, la start-up travaille avec des instituts techniques mais aussi des chercheurs du CNRS pour lever ces craintes. 

La start-up fait le pari que dans un avenir très proche,  la couche bébé sera fabriquée dans des matériaux à 100 % compostable. Des fabricants y compris français y travaillent.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.