[scald=98677:sdl_editor_representation]GENEVE (Reuters) - Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a adopté jeudi la résolution condamnant la violence en Syrie et appelant à la fin des attaques contre les civils par 37 voix contre trois, trois autres pays s'étant abstenus.

La Russie et la Chine, qui avaient opposé leur veto au Conseil de sécurité de l'Onu à une résolution appelant au départ de Bachar al Assad, ont aussi voté contre le texte présenté aux 47 membres de l'organisme onusien par les pays du Golfe avec le soutien de la Turquie, de l'Union européenne et des Etats-Unis.

La résolution condamne "les violations généralisées et systématiques des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les autorités syriennes". Ces violations incluent notamment les bombardements de quartiers résidentiels qui ont tué "des milliers de civils innocents", les exécutions sommaires, le meurtre et la persécution des manifestants et la mort de journalistes syriens et étrangers.

L'ambassadeur syrien auprès de la mission des Nations unies à Genève a boycotté les débats entamés mardi. Quatre autres pays n'ont pas pris part au vote.

Stéphanie Nebehay, Tangi Salaün pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.