Angela Merkel et François Hollande
Angela Merkel et François Hollande © REUTERS/Francois Lenoir / REUTERS/Francois Lenoir

Angela Merkel et François Hollande se rencontrent aujourd'hui, tout comme les ministres franco-allemands. Au-delà du sujet de l'Ukraine, qui a nécessité une réaction commune en urgence, ce sommet franco-allemand doit parler défense, énergie et finance.

Une heure d'entretien à l'Élysée, et une série de rencontres bilatérales entre les représentants des deux gouvernements. C'était le programme de départ, programme évidemment un peu bouleversé par la crise ukrainienne.

Dans les différents domaines abordés, on devrait avancer à petits pas entre les deux pays. La décision la plus concrète sera sans doute l'officialisation de l'envoi de 250 soldats franco-allemands au Mali. Avec possibilité d'améliorer encore ce plan, on ne semble en tout cas pas s'y opposer côté allemand.

► ► ► POUR ALLER PLUS LOIN| Le zoom de la rédaction : qu'attendre du conseil franco-allemand ?

Greenpeace aussi s'invite dans le débat

Autre dossier importante de ce conseil franco-allemandF: la transition énergétique. François Hollande avait déjà évoqué un "Airbus de l'énergie", autrement dit "une grande entreprise franco-allemande pour la transition énergétique". La décision finale devrait être en dessous des attentes... au grand dam des écologistes.

Tôt ce matin, des militants de Greenpeace ont ainsi déversé cinq tonnes de charbon devant l'Elysée pour réclamer la mise en place d'une "vraie transition énergétique" dans les deux pays.

L'organisation indique avoir également amené sur place deux cuves de 2.000 litres d'eau provenant de la nappe phréatique de l'usine de retraitement nucléaire de La Hague (Manche), qui serait selon elle contaminée au tritium.

"Madame Merkel et Monsieur Hollande doivent rejeter les énergies du passé : le charbon et le nucléaire. Ils ont le pouvoir et le devoir de lancer la dynamique de la transition énergétique en Europe", déclare dans un communiqué Sébastien Blavier, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

Les dix militants qui ont pris part à l'action ont ensuite été interpellés. S'agissant de l'eau contenue dans les cuves, il a déclaré que sa radioactivité était mille fois supérieure à la normale.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.