Le drapeau confédéré indésirable depuis Charleston
Le drapeau confédéré indésirable depuis Charleston © Radio France

L'émotion provoquée par la tuerie de Charleston il y a une semaine a convaincu les grandes enseignes américaines de distribution et une partie de la classe politique du sud des Etats-Unis de bannir le drapeau confédéré, emblème polémique du passé esclavagiste américain.

Suivant l'exemple du géant Wal-Mart Stores, des groupes comme Amazon.com, Google, Sears Holding Corp ou eBay Inc ont annoncé dans un même élan le retrait de tous les produits liés au drapeau rouge et bleu à treize étoiles utilisé pendant la guerre de Sécession (1861-1865) par les Etats de la Confédération.

Les principaux fabricants du drapeau, Valley Forge Flag, Anning Flagmakers et Eder Flag Manufacturing, ont déclaré qu'ils mettaient fin à la production de cet emblème devenu symbole controversé depuis l'assassinat, mercredi dernier, de neuf Noirs dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, par un jeune Blanc aux motivations racistes.

Le fabricant Valley Forge Flag a indiqué dans un communiqué :

Nous espérons que cette décision contribuera modestement à promouvoir l'unité raciale et la tolérance dans notre pays.

Les défenseurs des couleurs confédérées estiment qu'elles représentent l'héritage du Sud, sa tradition de défi envers l'autorité fédérale et qu'elles rendent hommage aux victimes sudistes de la guerre civile. Pour ses adversaires, le "Stars and Bars" représente l'esclavage, le racisme et la xénophobie aux Etats-Unis. Don Doyle, professeur d'histoire à l'Université de Caroline du Sud, estime que le drapeau confédéré a pris sa signification moderne à partir des années 1950 quand il a été utilisé en opposition au mouvement des droits civiques.

Avant la tuerie, le tireur présumé de Charleston, Dylann Roof, 21 ans, a posé aux côtés de l'étendard confédéré sur des clichés diffusés sur un site internet et accompagnés d'un manifeste raciste.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.