Siège du FBI à Washington
Siège du FBI à Washington © Reuters / Gary Cameron

Non, les analyses scientifiques et les témoignages présentés par la célèbre agence américaine n'ont pas toujours été à la hauteur. Le FBI a avoué des manquements et des résultats erronés qui ont parfois abouti à des exécutions de condamnés.

Le FBI jure qu'on ne l'y reprendra plus. Sévèrement mis en cause par l'Inspecteur général du ministre de la Justice, au moins 60 condamnés à mort l'ont été sur la base d'analyses scientifiques erronées et de témoignages douteux , tous fournis par la police fédérale américaine. Cette dernière s'est engagée à réparer ses erreurs chaque fois que c'est possible et assure que son nouveau fonctionnement prévient désormais ce type de dérives.

Un mea culpa aux airs de déjà-vu

Selon un communiqué conjoint avec le ministère de la justice, il y a bien eu "des erreurs de scientifiques du FBI dans l'analyse de cheveux au microscope ou de rapports de laboratoires" . Mais cela "n'arrive plus et le FBI emploie désormais les analyses ADN mitochondrial (transmis par la mère) des cheveux en plus des analyses au microscope".

Le ministère et le FBI s'engagent à s'assurer de la véracité des futures analyses de cheveux ainsi que del'application de la plus grande rigueur dans les analyses criminelles .

Trois des prisonniers concernés ont été exécutés. L'un d'eux a été innocenté 27 ans après sa condamnation après la découverte "d'analyses erronées et de témoignages scientifiquement intenables" d'un analyste du FBI. Un autre n'aurait même pas encouru la peine capitale sans ces éléments à charge défectueux.

Le FBI avait déjà vécu un scandale similaire en 1997 : c'était déjà via un rapport de l'OIG, qui pointait de graves irrégularités commises par un laboratoire de Virginie. Il n'avait pourtant pas immédiatement été suivi d'effet, car toujours selon l'OIG,le FBI a traité à la légère les affaires de peine de mort dans les huit années qui ont suivi.

Dans ses recommandations, l'OIG demande au ministère de la Justice de "prendre des mesures immédiates pour s'assurer que ces accusés soient bien alertés que leur peine a pu être entachée par des analyses et des témoignages peu fiables".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.