Lors d'un rassemblement en faveur de la libération de Kenji Goto.
Lors d'un rassemblement en faveur de la libération de Kenji Goto. © Kyodo/MaxPPP

L'organisation terroriste a diffusé samedi soir une vidéo montrant la décapitation d'un homme présenté comme étant le journaliste japonais Kenji Goto. De Tokyo à Washington, en passant par Paris, les condamnations sont unanimes.

La vidéo, authentifiée par SITE, le centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance djihadiste, montre un otage en tenue orange. À côté de lui se tient un homme masqué, tout vêtu de noir, avec un couteau à la main. Ce dernier rend responsable le gouvernement japonais de la mort de l'otage.

Le porte-parole du gouvernement japonais n'a pas tardé à réagir samedi soir :

Une vidéo indiquant que Kenji Goto a été exécuté a été diffusée sur internet, nous en sommes outragés et condamnons cet acte avec la plus grande fermeté.

Quelques heures plus tard, c'était au tour du premier ministre Shinzo Abe de déclarer qu'il "ne pardonnerait jamais à ces terroristes" : "Le Japon oeuvrera avec la communauté internationale pour traduire les responsables de ces crimes devant la justice."

"Odieux" pour Obama, "brutal" pour Hollande

Barack Obama a condamné un meurtre "odieux" tandis que François Hollande parlait d'un meurtre "brutal". Les présidents français et américain ont indiqué qu'ils continueraient à travailler à l'éradication des terroristes.

► ► ► LIRE AUSSI | L'organisation État islamique à l'offensive dans le Sinaï égyptien

Kenji Goto, 47 ans, avait rejoint la Syrie pour couvrir la guerre civile. Il avait probablement été capturé en octobre dernier par le groupe État islamique qui contrôle plusieurs localités du pays.

Samedi dernier, un premier otage japonais, le journaliste Haruna Yukawa, avait été assassiné par les djihadistes, qui demandaient une rançon de 200 millions de dollars ainsi que la libération d'une Irakienne détenue dans une prison en Jordanie pour des faits de terrorisme.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.