L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad
L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad © Stringer / Stringer

Dans une vidéo mise en ligne ce dimanche, l'organisation terroriste affirme avoir décapité Peter Kassig, citoyen américain enlevé en 2013 en Syrie, mais aussi 18 hommes présentés comme des soldats syriens de Bachar al-Assad.

Contrairement aux précédents assassinats filmés, l'enregistrement ne montre pas la décapitation, mais un homme, le visage masqué, se tenant debout, une tête couverte de sang à ses pieds. "C'est Peter Edward Kassig, un citoyen américain de votre pays", dit-il avec un accent britannique.

Agé de 26 ans, Peter Kassig, avait servi dans l'armée américaine en Irak entre avril et juillet 2007 avant d'être démobilisé pour des raisons médicales. Il s'était alors spécialisé dans la médecine d'urgence et s'était rendu au Liban en mai 2012, travaillant comme volontaire dans des hôpitaux et soignant des réfugiés palestiniens et syriens.

Il a été capturé en octobre 2013 à Daïr az Zour, dans l'est de la Syrie, où il était en mission humanitaire. Selon ses parents, il s'était converti à l'islam.

Portrait de Peter Kassig avec notre correspondant à Washington, Frédéric Carbonne

Ce travailleur humanitaire américain est le cinquième otage occidental décapité par l'Etat islamique depuis le déclenchement cet été des premières frappes aériennes américaines en Irak contre le groupe d'Abu Bakr al Baghdadi.

On le voyait apparaître dans une vidéo du 3 octobre, montrant la décapitation d'un autre otage, britannique (Alan Henning). Les djihadistes menaçaient alors de le tuer à son tour.

Exécutions sommaires et collectives

Dans la même vidéo, qui dure une quinzaine de minutes, on peut voir des fanatiques de l'organisation décapiter 18 hommes qu'ils présentent comme des soldats du régime syrien de Bachar al-Assad.

Les membres de l'État islamique réclament notamment la fin des frappes aériennes menées par les États-Unis en Syrie et en Irak.

La vidéo, diffusée sur un site djihadiste et via des fils Twitter utilisés par l'Etat islamique, a pu être authentifiée par les services de la Maison Blanche.

Cameron "horrifé", Valls dénonce un "nouvel acte de barbarie"

Les réactions internationales à la mort annoncé de Peter Kassig n'ont pas tardé. David Cameron se dit "horrifié" par le "meurtre de sang-froid" de l'otage américain. "L'État islamique a une nouvelle fois montré toute sa perversité", explique le Premier ministre britannique.

François Hollande parle de "crimes contre l'humanité" (au micro de Louise Bodet)

De son côté, Manuel Valls a dénoncé au nom de la France un "nouvel acte de barbarie" de la part de l'organisation djihadiste. Le Premier ministre ajoute que "cet acte renforce la détermination de la France à agir contre Daech en Irak et en Syrie".

Une mise en scène macabre comme l'explique Omar Ouhamane :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.