L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad
L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad © Stringer / Stringer

Les djihadistes du groupe Etat islamique ont hissé vendredi leur drapeau sur le gouvernorat de Ramadi, chef lieu de la province irakienne d'Anbar situé 110 km à l'ouest de Bagdad, et ont revendiqué la prise de ville via les haut-parleurs des mosquées.

La police avait auparavant annoncé que les combattants islamistes avaient atteint le centre-ville après avoir commis six attentats suicide à la voiture piégée.Les combats se poursuivent toutefois dans certains quartiers et les forces gouvernementales tiennent toujours le centre de commandement de la province, situé dans l'ouest de Ramadi.

Les djihadistes, qui avaient déjà assiégé Ramadi l'an dernier, sont repassés à l'offensive en avril, après avoir été chassés de Tikrit, ce qui a provoqué l'exode de 130.000 personnes.

La situation à Ramadi est terrible, mais la ville n'est pas tombée et la bataille contre Daech se poursuit

assure Sohaïb al Raoui , gouverneur de la province d'Anbar, sur Twitter .

"Si le gouvernement n'envoie pas de renforts et que la coalition ne vient pas à notre secours, je confirme que Ramadi tombera avant minuit", avait quant à lui averti le commandant d'une unité stationnée non loin du centre de commandement, précisant que la seule route menant à la ville se trouve aux mains des djihadistes.

Un massacre va avoir lieu et nous allons tous être exécutés. Nous défendons la ville depuis des mois et nous ne méritons pas de finir comme ça

a-t-il ajouté.

► ► ► À (RE)VOIR | Irak, le pays assiégé de l'intérieur : carnets de voyage de notre envoyée spéciale

L'Etat islamique tenait déjà la plupart des agglomérations de l'Anbar, province la plus vaste d'Irak qui s'étend jusqu'aux frontières saoudienne, jordanienne et syrienne.

Au cours de l'assaut de vendredi, les djihadistes ont dégagé les murs de protection qui barraient la route du commissariat central de Ramadi à l'aide d'un bulldozer piégé qu'ils ont fait exploser une fois devant le bâtiment, selon la police.

Un autre véhicule piégé a été mis à feu devant des locaux du ministère de l'Education et un troisième a explosé à l'entrée du gouvernorat. Dans l'ouest, le centre de commandement militaire de la province a été la cible d'un triple attentat à la voiture piégée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.