reprise des hostilités dans la bande de gaza
reprise des hostilités dans la bande de gaza © reuters

Dix-huit "collaborateurs" ont été exécutés. C'est la télévision du Hamas qui l'annonce ce vendredi. Et pour que le message soit clair, six de ces exécutions ont eu lieu en place publique, à la sortie de la prière.

Selon des témoins, des hommes en uniforme des Brigades Ezzedine al-Qassam, l'aile militaire du Hamas, ont débarqué de leurs voitures six "collaborateurs" devant la mosquée al-Omari, la plus grande de Gaza. Ils précisent les avoir vus vider les chargeurs de leurs armes automatiques sur eux, devant une centaine de fidèles.

Les explications de Nicolas Ropert, l'envoyé spécial de France Inter à Gaza :

Onze autres "collaborateurs" ont été tués plus tôt près du siège de la police, et un autre encore sur une place proche. Cette purge intervient après une tentative israélienne d'élimination de Mohammed Deif, le chef d'Al-Qassam, mardi soir, et celle, réussie, de trois commandants de la même organisation jeudi. La succession de ces opérations laisse supposer qu'Israël, qui passe pour avoir ses informateurs dans la bande de Gaza était bien informé.

La mort d'un enfant israélien

Cette nouvelle journée de violence a été marquée aussi par la mort d'un enfant israélien dans le sud du pays, par un obus tiré de la bande de Gaza, près de Sdot Negev.

C'est le quatrième civil tué en Israël par des tirs palestiniens depuis le 8 juillet et le début de la guerre dans l'enclave palestinienne entre le Hamas. Selon l'armée israélienne, les combattants palestiniens ont poursuivi vendredi leurs tirs de roquettes sur Israël. L'une d'elles a été intercepté au-dessus de Tel-Aviv dans l'après-midi.

Une nouvelle résolution de l'ONU ?

Près de 2100 Palestiniens ont été tués depuis le début du conflit, dont plus d'un quart d'enfants et d'adolescents. Côté israélien, 64 soldats ont été tués ainsi que trois civils dans les tirs de roquettes.Alors que les négociations indirectes sont "mortes et enterrées" selon les Palestiniens, au Conseil de sécurité de l'ONU, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne préparent une nouvelle résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat et durable.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.