Un panneau annonce un avion à destination de l'aéroport de Tel-Aviv
Un panneau annonce un avion à destination de l'aéroport de Tel-Aviv © MaxPPP / Frank Rumpenhorst

Le Hamas a prévenu. Les compagnies aériennes internationales ne devraient pas utiliser l'aéroport international de Tel Aviv. La branche armée du mouvement terroriste palestinien menaçait mercredi de tirer davantage de roquettes en direction de ce site.

Dans un communiqué, le mouvement terroriste évoque les bombardements israéliens sur Gaza, consécutifs à des tirs de roquettes palestiniens sur Israël en violation de la trêve.

Un commandant du Hamas déclare alors que son mouvement "a décidé de riposter à l'agression israëlienne" en faisant de cet aéroport une "cible d'attaque" pour la journée. Le Hamas avait auparavant annoncé le tir d'une roquette en direction de l'aéroport. Dans la ville de Gaza ce jeudi matin, quatre hommes ont été tués lors d'un enterrement. L'armée a dit avoir visé des combattants palestiniens qui tentaient de tirer des roquettes d'un cimetière. L'armée a décompté 243 tirs de roquettes sur Israël depuis mardi soir, sans faire état de victimes. En revanche, douze obus ont touché un secteur très proche de Gaza et fait un blessé grave. Au total, 64 soldats et trois civils ont péri côté israélien depuis le début du conflit.

L'aéroport une "cible d'attaque"

Les tirs de roquettes ont épargné l'aéroport international de Tel-Aviv, malgré cette mise en garde mercredi des Brigades Al-Qassam qui avaient prévenu les compagnies aériennes étrangères de ne pas se poser à l'aéroport laissant entendre qu'il serait à nouveau pris pour cible.Air Sinaï réalise quatre vols par semaine à destination de Tel-Aviv. Mais aucune décision n'a encore été prise concernant les vols de dimanche et lundi. Devant cette mise en garde, la compagnie égyptienne Air Sinaï a annoncé dans la journée l'annulation de ses vols de jeudi et vendredi en direction de Tel-Aviv.

Tous les vols maintenus ce jeudi

Pour les autres, et malgré cette menace, tous les vols à l'arrivée et au départ de l'aéroport Ben-Gourion ont été maintenus jeudi matin, selon l'Autorité aéroportuaire israélienne. Air France dit aussi qu'elle poursuit ses trois vols quotidiens "en toute sécurité".

Les précisions de Thomas Pontillon pour France Inter :

En tout cas, il n'y a pas besoin de s'inquiêter des tirs de roquettes. C'est l'avis de Gérard Arnoux, président du "comité de veille de la sécurité aérienne en France", et ex commandant de bord à Air France joint par Thomas Pontillon :

Fin juillet, la chute d'un de ces engins à proximité de l'aéroport avait entraîné sa brève fermeture et de nombreuses annulations de vols, notamment des principales compagnies américaines et européennes. La suspension des vols avait été saluée comme une "grande victoire" par le Hamas.La rupture du cessez-le-feu, qui expirait mardi soir, a stoppé les discussions au Caire entre Israéliens et Palestiniens censés transformer cette pause en trêve prolongée. Les émissaires israéliens ont été rappelés par leur gouvernement.

Les Etats-Unis "très inquiets"

Les Palestiniens ont affirmé à plusieurs reprises qu'ils ne signeraient aucun accord qui ne prévoirait pas une levée du blocus israélien de Gaza. Les Israéliens font eux de la démilitarisation de l'enclave une condition sine qua non.

Les Etats-Unis se sont dits "très inquiets". Washington juge le Hamas "responsable" des tirs de roquettes et estime qu'Israël avait le droit de se défendre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.