Depuis ce matin, les maliens votent pour élire leur nouveau président. Celui d'un pays affaibli par 18 mois de crise. Pour ce second tour, le candidat nationaliste,Ibrahim Boubacar Keïta, est donné gagnant face à son rival, le technocrate Soumaïla Cissé.

Il y a deux semaines, le taux de participation avait frôlé les 50%, un résultat historique. Ce sera sans doute moins le cas aujourd'hui. A Bamako, peu d'électeurs ont bravé ce matin la pluie qui tombe sur la capitale.

David Baché a tout de même pu en rencontrer certains pour France Inter :

Les 21.000 bureaux ont ouvert à 08h00 GMT dans tous le pays. Les électeurs se trouvent surtout dans le sud du Mali où vivent 90% des 16 millions de Maliens et d'où est originaire Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK.

Reconstruire le pays

Le vainqueur du scrutin supervisera une enveloppe de trois milliards d'euros d'aide étrangère promise pour reconstruire le pays, après l'opération Serval lancée en janvier par la France pour soustraire le Nord désertique à l'emprise des rebelles liés à Al Qaïda.

Le nouveau chef de l'Etat devra aussi s'attaquer à une corruption endémique et construire une paix durable avec les Touaregs du Nord après des décennies de soulèvements sporadiques, deux problèmes qui, combinés, ont conduit à l'éviction du président Amadou Toumani Touré à la faveur d'un coup d'Etat militaire en mars 2012.

IBK, le nationaliste

le second tour de la présidentielle malienne opposera ibrahim boubacar keïta à soumaïla cissé
le second tour de la présidentielle malienne opposera ibrahim boubacar keïta à soumaïla cissé © REUTERS/Joe Penney
**Ibrahim Boubacar Keïta, dit "IBK", veut prendre les Maliens aux tripes.** Vêtu de la djellaba islamique blanche et les yeux levés vers le ciel, il promet de rétablir la dignité bafouée du Mali. **Vainqueur du premier tour avec près de 40% des suffrages, contre près de 20% à Soumaïla Cissé, et fort de l'appui de 20 autres candidats, "IBK" part en position de favori** , notamment dans le Sud où se concentre la majorité de la population malienne. _Le scrutin est-il pour autant joué d'avance? Jérome Val a posé la question à André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS, spécialiste du Mali._
**Le message nationaliste d'IBK résonne puissamment dans un pays qui a été obligé de faire appel au début de l'année à la France** , l'ancienne puissance coloniale, pour déloger les islamistes qui avaient profité du putsch de mars 2012 à Bamako pour occuper la partie nord du pays. > Balayer l’ancien régime Les Maliens, en colère contre une classe politique discréditée par des années de corruption, veulent croire en la promesse d'"IBK" de rompre avec le passé, malgré ses 68 ans et sa longue carrière politique. **Il a notamment été Premier ministre et président de l'Assemblée nationale.** "Les Maliens ont une idée claire de ce qu'ils veulent, balayer l'ancien régime, et IBK a bien su se vendre", commente un diplomate occidental. **"Il va commencer avec un gros soutien public, spécialement ici à Bamako."** Sur les 25 candidats ayant été éliminés au premier tour, 22 ont apporté leur soutien à IBK, qui est âgé de 68 ans. **Pour avoir réprimé des manifestations d'étudiants et des grèves quand il était à la tête du gouvernement, il s'est acquis une réputation de fermeté.** ### Soumaïla Cissé, la bête noire des putschistes
Soumaila Cissé
Soumaila Cissé © REUTERS/Joe Penney
**Soumaïla Cissé, ancien ministre des Finances dans les années 90, veut apparaître comme un technicien expérimenté.** Il promet une réforme du système éducatif, des changements dans l'armée et la création de 500.000 emplois. Après avoir fait en France ses études d'ingénieur informatique, **il est rentré au Mali pour travailler dans l'industrie du coton.** Il a ensuite été ministre des Finances pendant 7 ans. **Soumaïla Cissé fait régulièrement valoir ses huit années passées à la tête de l'Union économique et monétaire ouest-africaine** (UEMOA) dans sa prétention à la présidence. > Le coup d’état était un crime Soumaïla Cissé a construit sa coalition, le FDR (Front pour la sauvegarde de la démocratie et de la République), en réunissant partis politiques et organisations de la société civile pour contrer les organisateurs du coup d'Etat. **Un temps membre de cette coalition, son adversaire politique d’ajourd’hui, a rapidement pris ses distances avec elle, gagnant la bénédiction tacite de l'armée malienne.** Il porte les cicatrices de son opposition aux putschistes, qui lui ont lacéré la main et abîmé plusieurs vertèbres alors qu'il tentait de fuir après le coup d'Etat. ### Organisation du scrutin **Lors du premier tour, de nombreux problèmes d’organisation avaient empêché des électeurs d’exprimer leur suffrage.** Quelles réponses ont été apportées pour ce second tour où près de 7 millions de maliens sont attendus ? _Les explications de David Baché_
élection présidentielle Mali
élection présidentielle Mali © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.